Indésirables banlieues

BONDY BLOG 2012, C'EST CHAUD Lundi 5 mars 2012

Par Nordine Nabili @nordinenabili

On n’attire pas les politiques avec du vinaigre, c’est bien connu. Il faut des caméras et une surprise. AC Lefeu maîtrise parfaitement la boite à outils de la communication politique. Il crée le contexte avec une idée, un slogan et un lieu symbolique. Le rouleau compresseur médiatique fait le reste. Le microcosme politique se met en mode vibreur instantanément et joue des coudes pour décrocher une audience et les quelques images pour les chaînes tout info.

Avant ce coup de force venu de Clichy-sous-Bois, plusieurs voix déploraient l’absence de la question des banlieues dans la campagne présidentielle. Quelles sont les raisons de ce rendez-vous manqué ? Parler des banlieues n’est pas très payant électoralement. La gauche a déserté les quartiers populaires. Dans certaines circonscriptions, le parachutage de quelques apparatchiks par le duo Aubry/Hamon a fini par faire voler en éclat la maigre dynamique locale. Le think thank Terra Nova, réservoir à idées du PS,  propose même d’abandonner purement et simplement cet électorat. Autant dire que l’élite du parti se préoccupe des banlieues comme de la couleur de sa première chemise. La droite a quelques soldats perdus qui quadrillent tant bien que mal certaines villes conservatrices par tradition. A part quelques slogans lors des campagnes électorales, le parti présidentiel n’a aucune idée sérieuse sur le sujet. Les quartiers populaires n’existent pas dans le logiciel de l’UMP ou alors sous le prisme sécuritaire.

Seuls au monde dans ce no man’s land politique, les habitants des quartiers, et particulièrement les jeunes générations, sont  lassés des grands discours qui produisent peu de résultats. Ils gonflent à chaque élection les rangs de l’abstention et se réfugient, pour certains d’entre eux, dans la chaleur de la parole religieuse.

Pourtant, la situation exige une réponse politique. Mais là aussi, le constat est alarmant. Le ministre de la Ville, Maurice Leroy, est hors-service depuis les élections sénatoriales, contraint de rester à son poste faute d’être élu sénateur. Il est à la tête d’un ministère fragile, sans administration et sans ambition. C’est le parent pauvre de ce gouvernement. Yazid Sabeg, commissaire à la diversité et à l’égalité des chances,  prêche dans le désert, commande des rapports qui sont autant de coups d’épée dans l’eau. Gérard Hamel, le président de l’ANRU, a récemment évalué à 40 milliards d’euros la somme nécessaire à la réalisation de la deuxième phase du plan national de rénovation urbaine. Des élus de tous bords militent pour le renouvellement de l’acte II de ce programme. Leurs colloques et leurs tribunes dans les journaux dépassent rarement le cercle des initiés. Pas d’émeutes, pas de réponses politiques.

Aucun candidat ne s’est risqué à rencontrer ces acteurs pour prendre la mesure de la situation et ensuite répondre par un quelconque engagement ! En effet, il est plus simple d’aller prendre des photos et de faire des promesses qui n’engagent que ceux qui y croient, le tout emballé dans un slogan. Après le « plan Marshall » du candidat Sarkozy en 2007, voilà le « grenelle des quartiers » made in François Hollande en 2012. Enfermer un problème complexe dans une petite phrase, telle est la logique politique de l’époque !

D’ici la fin du siècle, 80% d’entre nous vivra en ville. Il s’agit de sortir les banlieues du droit d’exception, de la précarité politique et administrative pour les intégrer dans le droit commun. Selon les dernières statistiques du ministère de l’Éducation nationale, 20% des élèves ne maîtrisent pas les compétences de base à la fin de la scolarité obligatoire, et 150 000 jeunes sortent de l’école, chaque année, sans la moindre qualification. Selon l’INSEE, 20% des jeunes ne disposent pas de capacités suffisantes de lecture. Une révolution éducative s’impose parce que l’école a elle seule ne peut plus faire face à la situation.

Le chômage des jeunes des quartiers atteint près de 45%. Près de 40% de ces jeunes n’ont pas de formation. Près de 50% ont des emplois temporaires. Tout est à inventer pour lutter contre ce virus infernal qui brise le destin de toute une génération. Créer son entreprise permet de contourner les obstacles. C’est une voie d’accès vers le travail. Pourtant, les jeunes entrepreneurs rencontrent de nombreuses peaux de banane sur leur chemin. Il faut gagner, avant tout,  la confiance de leurs interlocuteurs, notamment des banquiers dont la présence est décisive au lancement de l’activité. Cette période est déterminante, l’amorçage est vital. L’autre difficulté pour ces jeunes est de se faire une place dans les réseaux constitués : ils sont absents des chambres de commerce, des chambres des métiers, des antennes locales du Medef. Ils sont absents des salons professionnels, des événements divers où sont présentées les bonnes affaires à venir ou encore les appels d’offre en préparation. La France des affaires est fermée à double tour. Pas de réseau, pas de boulot.

Enfin, la lutte contre la ségrégation territoriale reste un tabou dans le débat contemporain. La France compte 4,5 millions de logements locatifs sociaux, qui accueillent environ 10 millions d’habitants. Il manque aujourd’hui près d’un million de logements pour répondre à la demande. Votée en 2000, la loi SRU (solidarité et renouvellement urbain) impose, sous peine d’amende, un quota de 20 % de logements sociaux dans les villes de plus de 3 500 habitants. Mais de nombreux élus de droite et de gauche continuent de préférer la sanction à la construction avec le soutien implicite de leurs électeurs. C’est une hypocrisie nationale qui alimente les fractures territoriales. La tolérance zéro promise aux délinquants des cités doit être de mise pour les élus complices de ce séparatisme social assumé, parfois revendiqué.

Les banlieues sont les grandes oubliées de cette campagne parce que la mémoire collective ne considère pas leurs habitants comme des Français légitimes. Quelques soubresauts des candidats ne feront pas oublier un manque cruel de prise de conscience des enjeux socio-économiques de ces territoires. Dans la pâtisserie électorale, la banlieue est un ingrédient utile à la décoration. Une petite cerise sur le ghetto…

Nordine Nabili

Les réactions des internautes

  1. Samedi 10 mars 2012 14:38 René

    Ce ne sont pas les banlieues qui sont indésirables, ce sont certaines populations qui y vivent....
  2. Samedi 10 mars 2012 14:13 Prozac

    Faut dire que certains sont vraiment mal éduqués: http://www.sudouest.fr/2012/03/10/louis-sarkozy-jette-billes-et-tomate-sur-une-policiere-son-pere-s-excuse-655582-4776.php
    • Lundi 12 mars 2012 11:02 Bob

      Mouahaha, selon les idéaux politiques de son père il est sensé tomber sous la condamnation des mineurs, retrait des alloc y compris pour la famille ;)
    • Samedi 10 mars 2012 14:54 Molotov

      Quoi, il n' a même pas brûlé une école ou une bibliothèque? Les traditions de la jeunesse se perdent!
      • Lundi 12 mars 2012 11:31 la poule au pot

        il est pourtant un petit fils d'immigré ! il est en retard dansle jeu des voitures brulées Mélenchon ,né à Tanger ,a-t-il aussi des voitures brulées sur la conscience ?
  3. Samedi 10 mars 2012 00:30 phaelle

    Pourquoi 40% des jeunes n'ont pas de formation ? Pourquoi l'école ne marche pas bien en banlieue ? Je ne crois pas que ce soit uniquement lié à la qualité des enseignants même si ce ne sont pas les plus expérimentés d'entre eux qui sont en banlieue ... Qu'est-ce qui cloche ? Est-ce que quelqu'un s'intéresse à leur scolarité en dehors de l'école ? (parents, associations, ...) Est-ce que ces enfants (ces jeunes) sont tous issus de familles monoparentales ou de parents qui travaillent les deux très tard le soir et ne peuvent pas les suivre ? Ou est-ce autre chose ?
  4. Vendredi 9 mars 2012 23:38 gégé66

    Le problème vient de la faiblesse de nos gouvernants qui ont laissé s'installer en France des immigrés qui n'avaient rien à y faire puisqu'aussi bien nous n'avions pas d'emploi à leur offrir. Auourd'hui ces immigrés refusent de s'intégrer et je crois qu'avant d'en arriver à une guerre civile - que nous avons déjà connue avec l'Algérie - il conviendrait de les inciter à repartir dans leur pays d'origine et d'avoir le courage de dispenser les gens du cru de payer encore je ne sais combien de milliards à fonds perdus !
  5. Jeudi 8 mars 2012 07:28 la poule au pot

    Quand la banlieue fait repentance / "Je suis Fofana Youssouf ,un jeune musulman avec des faiblesses d'origine africaine ,de banlieue ,célibataire ...." Fofana ,chef du gang des barbares ,bourreau et assassin de Ian Halimi
  6. Mercredi 7 mars 2012 10:07 Marc

    Nordine, Pourriez-vous préciser s'il vous plaît d'où viennent les responsables de cette association "AC Lefeu " Je crois qu'il sont encartés au PCF ou à la CGT, en tout cas, cette asso cherche surtout par des opérations de comm ponctuelles à faire pièces à leurs ennemis jurés de SOS racisme. Bah ouai, les assos anti-racistes ont chacune leurs tendance : LiCRA pour l'UMP, SOS pour le PS et AC pour le PCF. Et le MRAP semble plus proche du NPA. Pour le reste, votre article démontre s'il en est qu'il faut stoper l'immigration pour éviter aux immigrés de deuxième ou troisième génération d'être assimilé à ceux arrivés de fraîche date qui ne sont, eux, pas venus pour travailler car ils savent que du travail il n'y en a pas.
    • Jeudi 8 mars 2012 06:15 la poule au pot

      En Avril ,il conviendra de donner à la France , votre pays ,au Parlement ,de nombreux élus du FN..Au Parlement ,on doit entendre en dehors de la voix des françois pas de souche celle des françois de souche . Un observatoire de la francophobie doit etre mis en place au plus tot.
  7. Mardi 6 mars 2012 20:18 matthieu

    Extraordinaire cette campagne présidentielle de grotesque;les Français feraient mieux de s'intéresser à l'installation du méga fichier des cartes d'identité qui vient d'être voté par l'assemblée nationale et qui lui est attentatoire aux libertés!
    • Mardi 6 mars 2012 20:27 René

      Où est le problème d'un fichage des carte d'identité ? Pour rappel, la carte d'identité n'est pas obligatoire en FRANCE
      • Samedi 10 mars 2012 14:37 René

        T'es en plein délire mon pauvre Matthieu
  8. Mardi 6 mars 2012 19:56 matthieu

    Le premier ministre israëlien annonce qu'il va attaquer l'Iran,c'est gravissime mais non il faut entendre toutes les conneries sur l'adhan ou le halal!
  9. Mardi 6 mars 2012 19:54 matthieu

    Mais qu'attend donc le président français pour s'expliquer sur la capture de 19 agents français en Syrie et l'implication armée évidente de la France dans ce pays? Motus ,bouche cousue,silence radio,ah c'est beau la démocratie en 2012 en France l'omerta de toute la classe politique alors qu'ils sont tous au courant et que tous ces faits sont relatés dans la presse étrangère! Et dire que l'on critique Poutine!
  10. Mardi 6 mars 2012 19:16 matthieu

    l'euro est foutu et les pays qui en sortiront les premiers sont ceux qui s'en sortiront le mieux. je pensais en regardant cette médiocre campagne présidentielle que la France aussi était foutue mais j'ai découvert un homme providentiel,c'est à dire envoyé par Dieu pour sauver notre vieux pays;il s'appelle François Asselineau qui a fondé l'Union Populaire Républicaine en 2007;pratiquement inconnu du grand public,boycotté par les médias,c'est pourtant lui qui porte l'espérance de la France. C'est comme lorsqu'on ouvre les Evangiles et que l'on ressent un choc violent et que l'on se dit du Christ:voilà mon Seigneur et mon Dieu,eh bien dans l'ordre humain,on ressent le même choc en écoutant François Asselineau.
    • Mardi 6 mars 2012 19:22 René

      oula Matthieu nous fait un délire biblique....au fou !!!
  11. Mardi 6 mars 2012 12:45 Bonjour Boloss

    Je suis pour la peine de mort. Comme ça ils comprendront la prochaine fois... www.bonjourboloss.fr
    • Mardi 6 mars 2012 13:05 JARÏI

      @ bonjour boloss, et est ce que tu est pour ou contre la viande "halall" ?
      • Mardi 6 mars 2012 14:41 Crank

        Ça pose plusieurs problèmes. 1/ Hygiéniquement, pas de ligature de la trachée donc possibilité d' infection des systèmes lymphatique et sanguin par des rejets intestinaux et stomacaux. 2/ Économiquement, sur chaque bête abattue selon le rite juif ou musulman il y a un impôt religieux. La demande de halal en France représente environ 7% mais plus de 30% des bêtes sont abattues version halal. Forcement l' excédant se retrouve dans la distribution traditionnelle donc tout un chacun paye un impôt religieux sans être mis au courant. 3/ Même les musulmans sont pour un étiquetage fiable.
  12. Mardi 6 mars 2012 12:24 matthieu

    Organisons un plan massif d'aide aux banlieues et injectons tout de suite 100 milliards d'euros en renonçant à toutes nos guerres et en sortant vite fait de l'UE.
    • Mardi 6 mars 2012 14:50 Crank

      Combien de plans pour les banlieues depuis un quart de siècle? Les banlieues, c' est le tonneau des Danaïdes de l' économie française. Combien de milliards y ont été engloutis en pure perte?
    • Mardi 6 mars 2012 12:59 la poule au pot

      déterminons d'abord qui habite en banlieue ?matthieu exfiltons d'abord les français de souche qui n'auraient pas appris "le vivre ensemble '' et que la pauvreté oblige à vivre dans cette région là
  13. Mardi 6 mars 2012 10:10 Hop HOPE

    Pour encourager à la lecture les enfants qui prennent cet exercice pour un pensum inutile une fois l'alphabet et le syllabaire acquis Sortir avec eux et leur faire lire TOUT ce qui les entoure ; enseignes de magasins ,menus de restaurants affichés à l'extérieur , les affiches ,les affichettes des magasins etc... les laisser commenter pour ; soit les stimuler ou les féliciter Les publicités pour des voyages , des articles de journaux relatant ce qu'ils aiment des récits synthétiques de voyages, des prospectus etc..etc... puis leur faire rechercher dans un magasin un produit déterminé leur offrir les synthèses de certains livres pour qu'ils aient envie de lire le bouquin en totalité Ceci tout en leur expliquant à quoi servent toutes ces choses et que cela leur donnera des informations et permettra leur libre choix pour devenir eux aussi des adultes comme les autres IL y a bien dans ces cités( ou j'ai lu qu'il y avait de l'entre-aide) des jeunes lettrés qui peuvent par charité s'adonner à ceci auprès d'enfants dont les parents en sont incapables
  14. Mardi 6 mars 2012 08:31 René

    yen a marre de ces banlieues qui coûtent, le problème c'est une partie des habitants pas le manque de structure !! j'ai été à Cergy Sarcelles et dans le 93, les ptits "pauvres" ont accès gratuitement à bcp plus de trucs qu'aux gamins de riches !!! Sans compter les "maisons de jeunes" qui sont des repères à racailles, les animateurs de quartiers qui sont des parasites....
    • Samedi 10 mars 2012 16:31 ledaron

      Yen à marre ouais yen a maaaaaaaarre !!!on sent pu chez nous koi !!! et en plus vous savez quoi j'ai eu comme une révélation,la Terre est infestée d'étranger même pas français.Il leur faudrait une bonne guerre,yaka tout foutre en l'air,faukon change tout ça.C'est c'que disait à Dédé ,Nanard et tout les potos du bar de la gare.Yen à maaaaaaaarra !!!! Hic,à la notre !!!!!!
  15. Mardi 6 mars 2012 05:43 a bas les masques

    Pour interesser les banlieux aux élections, il n'y cas mettre un imam candidat. Succés garanti
  16. Mardi 6 mars 2012 01:34 NF RC

    Retour en vidéo sur ce ministère de la crise des banlieues : http://latelelibre.fr/reportages/aclefeu-squatte-les-beaux-quartiers/ Signé la Télélibre !
    • Mardi 6 mars 2012 08:46 la poule au pot

      la banlieue est comme la drépanocytose une altération des globules rouges de notre pays .A peu pres inguérissable ; Il en était autrement autrefois.La banlieue bouillonnait d'ambition,d'initiatives,.elle était comme une ruche :tout le monde au boulot !