Le 93, nouveau laboratoire du FN

BONDY BLOG 2012, C'EST CHAUD Mardi 10 avril 2012

Par Marina Bellot et Alexandre Devecchio

Cet article a été publié dans le 7ème numéro de Megalopolis, actuellement en kiosque. Retrouvez le sommaire de ce numéro consacré aux banlieues ici.

«Vous voyez le charmant troquet ? C’est pas compliqué, c’est le seul de la ville ! On va vous payer un café, on est comme ça à la Fédération ! » En ce samedi matin glacial, Cyril Bozonnet nous attend à la brasserie Le Murat, à deux pas de la gare de Bondy.

Encarté au Front national depuis plus de 20 ans, le bonhomme, béret sur la tête et voix tonitruante, est chargé de l’action militante du parti dans le 93. Lors des élections cantonales de 2011, l’extrême droite a réalisé une percée dans le département avec des scores de 17% en moyenne. Tête de liste dans le canton d’Aubervilliers-Est, Bozonnet a lui-même recueilli 21,54% des suffrages exprimés au premier tour, loin devant l’UMP qui a chuté à 6,64%. « On ne sera jamais majoritaire dans le 93, c’est techniquement impossible. C’est un département tiers-mondisé, juge-t-il. Mais les 600.000 personnes d’origine européenne qui vivent encore ici sont plus sensibles à notre discours qu’ailleurs. C’est donc un gros réservoir de voix, surtout lors des élections présidentielles. »

Direction le terrain. Enfin, le terrain, c’est un grand mot. Dans le 93, le FN la joue profil bas : tracter sur les marchés ? « Pourquoi aller se faire chier ? Y’a qu’à regarder ! Y’a pas d’électeurs du FN ici ! Marine Le Pen oui, c’est une marque, serrer des paluches elle sait faire, mais nous on est des petit militants de l’ombre », s’exclame Cyril Bozonnet.

A défaut de tracts : Cyril Bozonnet et Laurent Gervais, président des jeunes du FN du 93, feront équipe. On ira donc… « boîter » (traduisez mettre des tracts dans les boîtes aux lettres). A peine le temps d’avaler le café, deux groupes sont formés, suivra Rémi, un Antillais « de 2 mètres, comme ça vous serez protégés », rassure Cyril. Qui nous glisse un plan de la ville « parce qu’on peut facilement se paumer au milieu de tous ces pavillons ».

France des pavillons contre France des cités

Nous voilà donc partis direction Bondy sud et ses petites maisons paisibles, loin des barres du nord de la ville. « Les cités ? Les blancs qui y habitent et qui ne votent pas déjà pour nous, ce sont des imbéciles heureux !, nous confie Bozonnet. Je les laisse dans leur coin, je vais pas me faire chier avec eux ! Je suis pas un curé moi, je suis un pragmatique. »

La stratégie du parti en Seine-Saint-Denis est claire : jouer la carte de « la France des pavillons » contre celle des tours, la France des blancs contre celle des « immigrés non européens ».

C’est précisément dans les coins pavillonnaires que le FN a fait ses meilleurs scores dans le 93 : à Gagny et Pavillons-sous-Bois, lors des dernières cantonales, les candidats frontistes ont atteint la barre symbolique des 20%. « Ce sont des villes souvent dirigées par l’UMP car il y a un vote de conservation pour préserver un mode de vie à l’ancienne avec des commerces. Il n’y a plus que huit communes de ce type en Seine-Saint-Denis (Coubron, Gagny, Gournay-sur-Marne, Le Raincy, Les Pavillons-sous-Bois, Livry-Gargan, Neuilly-Plaisance, Villemomble), huit îlots dans un océan de tiers-monde, huit paradis suisses », analyse Cyril Bozonnet.

Sous le soleil d’hiver ce samedi matin, on ratisse donc ce quartier prometteur de Bondy avec Rémi, une trentaine d’années dont 10 passées à militer au FN. Il débite au fil des boîtes aux lettres un propos où il est question, en vrac, de « syndicats vendus », de « monde de dégueulasses » et de « fierté d’être Français ». Après plusieurs rangées de pavillons, on entame la tournée des halls d’immeubles de standing, où l’on pénètre grâce à une « clé des PTT » que dégaine Rémi à chaque porte d’entrée fermée.

Un de ses amis, adhérent au Front, passe lui dire bonjour pendant l’opération et nous interpelle : « Je connais un Congolais, eh ben il va voter FN, c’est qu’il y a un malaise, non ? Moi je vous le dis, il va se passer un truc ». En attendant, aujourd’hui, c’est une bonne centaine de tracts qui ont atterri au fond des boîtes aux lettres.

Retour au Murat, le point de ralliement, où l’on retrouve Laurent Gervais, le responsable des jeunes FN du 93. Bozonnet nous a prévenus : le parti rajeunit depuis l’accession de Marine Le Pen à sa tête. « Les gens trop marqués à droite, notamment ceux qui suivaient Carl Lang et qui étaient nombreux dans le 93, sont partis. On a fait voter les adhérents et on a dégagé la vieille France bien réac. Moi j’ai quarante ans et je commence à me faire vieux. Il y a beaucoup de trentenaires désormais. »

Un phénomène nouveau : les petits fonctionnaires

Laurent Gervais est un des leaders de cette nouvelle génération. Habitant de Neuilly-sur-Marne depuis toujours, il a placé ses espoirs dans la Seine-Saint-Denis : « Le 93 est un laboratoire pour le FN. Il y a tous les terreaux qui peuvent être favorables à notre électorat : forte délinquance, islamisme, misère sociale… Depuis un an, on s’est mis au travail dans le département, il peut donner des résultats importants. Avec une équipe solide, je pense même que le 93 peut devenir la première fédération. » Dans ce département de l’ex-banlieue rouge, le FN cible une « clientèle » bien particulière : les ouvriers retraités. « C’est une population coincée au niveau financier et qui ne peut donc pas échapper à la banlieue : elle ne peut pas partir à la campagne, se protéger en allant dans une bergerie en Normandie, analyse Bozonnet. Contrairement à ce qu’on imagine, ces gens-là étaient pourtant plutôt réticents au vote FN car il s’agit d’un électorat qui a peur des grands changements. Mais ces dernières années, il y a eu un basculement notamment grâce à la crédibilisation de notre discours économique. »

Mais la particularité du FN dans le 93, c’est qu’il recrute… dans la fonction publique (lire le témoignage ci-contre). Le profil type de cet adhérent nouvelle génération ? « Le mâle blanc d’une trentaine d’années, petit fonctionnaire de catégorie C », dégaine Bozonnet. Depuis les élections régionales de mars 2010, ils représentent selon lui désormais 40% des nouveaux adhérents dans le département. Impensable il y a 20 ans. « Si les fonctionnaires sont de plus en plus nombreux à nous rejoindre, c’est à cause de la peur du déclassement, estime Laurent Gervais. La perte de souveraineté de la France n’est pas leur principale préoccupation. Le coeur de leur préoccupation c’est l’insécurité et la paupérisation. »

Le 93, une terre prometteuse pour le FN. Marine Le Pen elle-même semble croire que le parti y est voué à un grand avenir. Le 8 janvier dernier, la patronne du parti avait choisi Saint-Denis pour fêter les rois autour d’une « grande galette ». Elle avait été accueillie par les insultes de militants d’extrême gauche. Mais aussi par les applaudissements d’une foule fervente d’admirateurs.

Marina Bellot et Alexandre Devecchio

Les réactions des internautes

  1. Vendredi 13 avril 2012 22:34 garrigou claude

    j'habite dans le 93, en prévision de possibles tentatives de fraudes ( détérioration des bulletins de vote" marine lepen"). Que faire ? J'ai reçu aujourd'hui l'enveloppe de tous les candidats avec les bulletins de votes,celui de Marine Lepen était le seul marqué d'une pliure en diagonale, qui serait certainement " nul " au dépouillement .
  2. Mercredi 11 avril 2012 12:40 anti-racaille

    et voici pourquoi les rares blancs (et même quelques noirs) de seine-st-denis votent massivement FN: http://www.fdesouche.com/117533-tas-pas-un-06
    • Mercredi 11 avril 2012 13:10 anti-racaille

      elle est très instructive cette vidéo, elle permet de d'expliquer aux bobos parisiens pourquoi on vote FN dans les banlieues.
  3. Mercredi 11 avril 2012 01:41 abdul

    ben moi aussi, fils d immigré marocain je voterais Marine Le Pen.le 9-3 est devenu une énorme zone de non droit ( aulnay, sevran, st denis etc) quand on bosse on aspire à une vie normale, tranquille, sure,ce qu il n est plus le cas de nos jours.Les socialistes se sont servis de nous pendant des decennies il est temps de dire Stop.
  4. Mardi 10 avril 2012 22:08 annajj

    Waoooh ! Alors la on touche au point sensible : vous en connaissez beaucoup vous des "francais" au sens ou vous l'entendez qui ont pour ambition de devenir cuisiniers, ouvriers en batiment, vigils, livreurs, nounous, femmes-hommes de menage alors même qu'ils ne sont pas qualifier ? Moi non et Dieu sait que j'en cotoies des chomeurs "francais". Alors si le problème ne venait pas de leur manque de qualification justement ? Ils refusent ces petits boulots, qui ,je vous le garantie sont payer au minima au Smic et refusent qu'ils soient attribuer aux non diplomes comme eux. Ces gens dont vous parlez arrivent tres souvent a boucler leurs fins de mois alors pourquoi les "francais" n'y arriveraient ils pas ? Mon ami dirige une société de chauffeurs-livreus (Essonne) et je puis vous ASSURER que malgre un salaire d'appel a 2.200e les "francais" qu'il a vu passer sont tous partis car tous se plaignaient de la difficulte du boulot, des horaires , etc etc toujours des excuses qu'il n'entend jamais de la part des employes non francais de souche. Enfin bref, ce n'est malheureusement qu'un exemple parmi tant d'autres...
    • Mardi 10 avril 2012 22:55 Dém.

      Dans les campagnes profondes ou la diversité se fait tres rare, comme la ou j'ai passé une partie de mon enfance, je peut vous assurer que presque 100 % des éboueurs, maçons, artisans, nourrices, chauffeurs routiers sont souchiens. Et pourtant ces sociétés fonctionnent, les ordures sont ramassés et les maisons tiennent debout. Ce que vous voyez n'est pas représentatif. L'afflux massif d'immigrés peu qualifiés et qui se concentrent quasi exclusivement dans les grand ville offre un vivier de main d'œuvre pour ces métiers difficiles et peu qualifiés. Ainsi étant moins exigeants à divers niveau que les souchiens (salarial, syndical...) ces métiers sont (dans les grandes villes donc) quasi exclusivement occupés par des immigrés. Le souchien lui est soit au chômage, soit il se reconvertit soit il part. Ce n'est absolument pas une question de fainéantise ou de volonté de ne pas faire des "bas métiers" ou des métiers difficiles. Dans tout les cas cette situation perverse ne sert que les puissances de l'argent et certainement pas le petit autochtone, qui se retrouve donc la nécessairement floué et frustré.
  5. Mardi 10 avril 2012 15:36 matthieu

    Marine,on arrive au pouvoir en rassemblant et non pas en semant la haine et ne stigmatisant une religion,ici l'islam,c'est indigne d'une candidate.Qu'est-ce que tu as pas déversé sur le halal, enfin sur ces pauvres musulmans qui sont restés dignes sous les crachats de tes partisans ,néo-colonialistes, nostalgiques de l'Algérie française,intégristes vieux dinosaures en tout genre,qu'est-ce qu'il n'a pas fallu entendre du FN! Et encore tes partisans,Marine,tu les roules dans la farine,t'es une sioniste,une sous-américaine,tu attaques l'islam et ces pauvres maghrébins et Turcs mais toi est-ce que tu es pure comme Jeanne d'Arc,c'est pas le cas et t'es vraiment pas une sainte,Marine! Comptez vous donc partisans de la haine et guerres de religion le 22 avril au soir autour de votre idole Marine Le Pen, la fille à son papa de la dynastie Le Pen comme vous le faites depuis 30 ans ou plus mais l'histoire de France se fait sans vous,vous ramez dans le vide,allez sous-américains du FN,vous n'êtes pas des patriotes,vous avez tout trahi,votre drapeau,votre histoire,le problème,c'est que la majorité d'entre vous ne le savent même pas!En 40 ,vous étiez avec Laval les collabos des allemands,en 2012 ,vous êtes les collabos des amerloques avec sarko,rien de nouveau sous le soleil!
    • Mercredi 11 avril 2012 07:34 votons Marine

      Tu as raison, Matthieu, mais Marine est la solution, Votons Marine http://www.nonali.com/islam-religion-barbare/islamisation-en-marche/islamisation-%c2%abvous-vous-reveillerez-quand-il-sera-trop-tard-%c2%bb/
  6. Mardi 10 avril 2012 11:48 Antoine

    Il n'y a pas que cet électorat qui commence à flipper. Je suis informaticien, je ne devrais pas m'inquiéter, non ? Et pourtant : dorénavant on "importe" des informaticiens du Maghreb parce qu'ils sont moins chers, moins exigeants et sont ravis de venir dans notre pays avec tout ce qu'il a à donner. Leurs formations sont suffisantes (mais pas aussi exigeantes que les nôtres) et permettent de meilleures marges aux sociétés. Moi dans tous ça ? A bientôt 40 ans, je suis mal barré : j'ai déjà la concurrence des plus jeunes (mentalité typiquement française dans l'informatique) qui eux mêmes doivent affronter des moins-chers-moins-exigeants-pas-français. La lutte va être sanglante et le nivellement se fera par le bas. Alors oui, je vais voter Marine Le Pen. Pas tant par convictions pour ces idées (j'ai voté à gauche - PS - toute ma vie) mais parce qu'au bout d'un moment il faut arrêter de se voiler la face : la France a changé ces dernières décennies et ça ne profite pas aux autochtones qui ne sont pas protégés par leur statut social. Et même cela, ça change. Hier, j'étais à l'abri, peu préoccupé par le sort des ouvriers qui subissaient les délocalisations et la concurrence de l'immigration. Aujourd'hui, je ne fais pas le fier, j'ai peur pour mon avenir. Non, je ne suis pas raciste, oui je suis xénophobe : je préfère ceux qui me ressemblent et ceux avec qui on peut se rassembler. Non, je ne veux pas me sentir en Afrique quand je passe à gare du nord. Non, je n'en peux plus de voir des femmes voilées alors qu'il y a même pas 15 ans on n'en voyait jamais. Non, je ne supporte plus d'entendre des gens parler arabes alors qu'ils savent très bien parler le français et qu'ils sont nés en France (collègues de boulot). Oui, sur 18 agressions et autres incivilités vues/vécues, 16 étaient le fait de maghrébins et/ou de noir. Suis-je un odieux nazi juste parce que je constate ? Ai-je le droit de m'exprimer sur ce genre de sujet sans avoir peur d'être cloué au pilori ? Bref, je pourrais continuer ma litanie longuement, mais l'essentiel sera dit dans mon bulletin de vote.
    • Mardi 10 avril 2012 22:36 une française musulmane

      Merci pour ce témoignage que je trouve intéressant, mesuré et courageux. Et même si je ne suis pas d'accord avec vous, je peux comprendre votre pensée.
      • Mercredi 11 avril 2012 07:03 Eolienne

        "Et même si je ne suis pas d’accord avec vous, je peux comprendre votre pensée." C'est un brasseur d'air écologique fournisseur d'électricité qui t'a inspirée? "Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu'à la mort pour que...." c'est bien Volt Air qui disait ceci non? Alors ok votons Marine.
        • Mercredi 11 avril 2012 12:52 une française musulmane

          Tout d'abord..... Oui, attribué à Voltaire mais pour info on le doit à une certaine Evelyn Hall. Mais ..... oui je suis pour la liberté d'expression, surtout quand celui qui s'exprime le fait censément. Après, je pense que nous avons les garde fous nécessaires pour éviter toute dérive. Je joue le jeu de la démocratie.
          • Mercredi 11 avril 2012 14:54 Antoine

            Ces deux réactions sont très révélatrices et intéressantes. D'un côté quelqu'un qui me comprend, est prêt à le dire (rare !), mais montre son désaccord. Quelqu'un avec qui j'aurais grand plaisir à discuter et débattre. De l'autre côté, quelqu'un qui invective immédiatement, emploie un ton condescendant et montre une logique réductrice, pour ne pas dire sectaire. Je dirai à la première personne : désolé. Vraiment. Mais je pense que nous n'avons plus beaucoup de choix. Il s'agit pour moi d'un vote d'expression. Je dirai à la seconde : avec des réactions telles que la vôtre, ne vous étonnez pas de mon vote, et de ceux qui feront comme moi. On ne récolte que ce que l'on sème.
  7. Mardi 10 avril 2012 11:31 marie

    Bravo, il faut se mobiliser. Moi je voterai Marine.
  8. Mardi 10 avril 2012 08:29 Réalisme

    Tous ces gens, je les soutiendrai par mon vote.
    • Mardi 10 avril 2012 21:01 Dém.

      Parce que le flux est massif et ininterrompu depuis 50 ans ? Et qu'il est partit pour durer éternellement ?
      • Mercredi 11 avril 2012 07:12 votons Marine

        "On appelle espèce invasive une espèce étrangère à un milieu qui le colonise et en menace l'équilibre. " "En 1968 la population française était de 49.700.000 habitants. Les arabes en France étaient 610.000 soit 1,23% de la population. En 1988 la population française était de 56.000.000 d'habitants. Les musulmans en France étaient 2.000.000 soit 3,6% de la population. En 2009 la population française est de 67.000.000 d'habitants. Les musulmans en France sont 8.000.000 soit 11,94% de la population ! (chiffre officiel, mais nous le savons tous en réalité bien plus important) En prenant seulement ces chiffres et en suivant la mêmecroissance, puisque tous les 20 ans la population musulmane est multipliée par 3.5, il est probable qu'en 2030 la population française sera de70.000 000 d'habitants. Et que les musulmans en France seront 28.000.000 soit... 40 % de la population française. Donc, dans 20 ans seulement, près d'un habitant sur deux serait musulman. Étonnant pour un pays qui n'avait aucune tradition musulmane, ni population arabe en 1930 ? Alors à quoi ressemblera la France dans bientôt 20 ans, puisque l'Islam est une religion conquérante qui refuse toute cohabitation avec d'autres religions ? L'égalité des droits homme-femme existera-elle toujours, puisqu'elle n’existe pas dans les pays musulmans et qu'elle est déjà remise en cause aujourd'hui même en France dans les banlieues? La viande hallal sera-t-elle obligatoire, avec toutes les souffrances que cela représente pour les animaux, égorgés vivants ? Une chose est absolument certaine : La France de 2030 ne ressemblera pas à la France de 2010...
      • Mercredi 11 avril 2012 05:07 la poule au pot

        Tant qu'il y aura des blancs ,européens ,travailleurs et surtout contribuables ,le flot migratoire ne cessera pas Lisez donc "Le camp des saints "