Tu fais le ramadan ? T’es viré!

C'EST CHAUD Lundi 30 juillet 2012

Par Widad Ketfi @widadk

« Et toi Samir, tu comptes faire le Ramadan? » . Cela aurait pu être une question entre deux potes, une question insignifiante et surtout sans conséquence, mais loin s’en faut. C’est cette question qui aurait valu à Samir sa place de directeur-adjoint d’une colonie de vacances. Car oui, jeûner quand on s’occupe de jeunes ne serait pas dans la politique de la mairie de Gennevilliers. Ils sont quatre à en avoir fait les frais, quatre du moins à le déclarer: Samir, Moussa, Nassim et Ali. Quatre animateurs qui ont commis l’irréparable erreur professionnelle de ne pas s’alimenter.

« C’était vendredi dernier. On a reçu la visite du responsable des centres de vacances. Il est venu voir si tout se déroulait correctement avec les enfants – et c’était le cas – puis il est venu déjeuner avec nous. Il s’est mis à ma table, et a remarqué qu’à l’heure du déjeuner je ne mangeais pas et Moussa non plus», explique Nassim. Les deux animateurs sont alors convoqués l’un après l’autre durant l’après-midi : « Ils m’ont parlé de l’article 6 qui disait que je devais me restaurer et m’hydrater convenablement et que dans le cas contraire cela pouvait mettre en danger la sécurité des enfants. Je lui ai alors répondu que je m’étais hydraté et restauré convenablement et qu’en aucun cas je pouvais risquer de mettre en péril la sécurité des enfants ». Nassim ajoute qu’il n’est pas d’accord avec ces pratiques qu’il considère comme discriminatoires, remarque à laquelle le responsable aurait répondu que ça n’avait rien de discriminatoire puisqu’il aurait réagi de la même manière s’il s’ était agi d’une femme faisant un régime.

Le soir même, le responsable aurait pris la parole devant toute l’équipe et aurait annoncé qu’en vertu de cet article 6, les deux animateurs seraient licenciés : « On lui a alors expliqué qu’on n’était pas d’accord avec cette mesure et que ce n’était pas normal d’être licencié sur la base d’un repas qui n’a pas été pris ». Certains animateurs s’opposent à cette décision et Moussa et Nassim exigent alors une preuve de leur licenciement. On leur explique qu’ils la recevront plus tard et qu’ils devront quitter les lieux le lendemain, ce qu’ils refusent catégoriquement : « Je lui ai demandé un papier qui justifie le motif du licenciement  et il m’a dit qu’il ne pouvait pas me le fournir. Il m’a alors donné un papier indiquant qu’il “validait le départ” ce que j’ai également refusé. »

Les moniteurs finissent par obtenir une “suspension” et on leur explique qu’il ne s’agit plus d’un licenciement et qu’ils seraient payés jusqu’à la fin de leur contrat (le 26 juillet) : « Je m’en fiche d’être payé jusqu’à la fin. Là n’est pas la question. Moi, je voulais rester jusqu’à la fin de la colonie, tout se déroulait à la perfection. Ce n’est pas normal qu’on nous suspende pour ces raisons-là ».

Entre-temps, Samir directeur adjoint de la colonie était remonté avec un groupe à Paris puis il devait rejoindre la colonie avec un autre groupe le lendemain. Ce même jour, qui se trouve être le premier jour du Ramadan, il reçoit un appel de son directeur qui lui demande s’il compte jeûner. « Oui, peut-être, je ne sais pas, de toute façon c’est personnel et tu n’as pas à me le demander » lui oppose-t-il. Cette réponse lui vaudra lui aussi une suspension : « Pour l’instant, je n’ai reçu aucun papier de suspension ou de  licenciement, on m’a juste dit que ce n’était pas la peine de venir. Ils n’ont même pas pris la peine d’appeler mon collègue Ali pour lui expliquer, c’est moi qui ai dû l’appeler pour le prévenir.»

Si le motif « Ramadan » n’est pas explicitement cité, il est clairement visé par cet article 6 de leur contrat de travail qui stipule que les animateurs doivent “veiller à ce que les enfants et eux-mêmes se restaurent et s’hydratent convenablement et en particulier durant les repas (…) respectent et mettent en œuvre le principe de laïcité”. Pour Maître Yanat, contacté par les animateurs, cette clause n’est pas légale car elle intervient sur une liberté de culte : « Même si dans le domaine public, la constitution les oblige à une neutralité et les soumet à une interdiction de manifester leur religion, il faut distinguer ce qui relève de l’ordre des idées, de l’intime et d’une pratique telle que le Ramadan. » L’avocat va plus loin : pour lui, le contexte de mise en place de cette clause est illicite puisqu’il coïncide avec l’arrivée du Ramadan aux périodes estivales.

En effet, cela ferait environ deux ans que cette clause existe: « Au niveau du recrutement l’été, ils font attention à ne pas embaucher des personnes qui font le Ramadan. Ils sont convaincus que des personnes qui jeûnent ne peuvent pas assumer leurs fonctions » explique Samir.

Mais comment savoir qui fait le Ramadan ou pas puisqu’il est interdit d’évoquer les pratiques religieuses lors d’un entretien et qu’il est impossible de le déterminer sur la base simpliste du “musulman d’apparence” ? « Lors du recrutement, mon directeur me l’a demandé directement, mais comme on a des relations plutôt cordiales je lui ai dit de faire attention car c’est interdit de poser ce genre de questions et je n’ai pas répondu ».

En tant que directeur-adjoint,  Samir était également en charge du recrutement des animateurs de cette colonie, il n’a donc évidemment jamais posé la question aux animateurs recrutés : « Là, pour eux, ils estiment qu’on a fait un mauvais recrutement. Pas parce qu’il y avait des gens incompétents, non, parce qu’il y avait des gens qui faisaient le Ramadan ».

Contacté par le Bondy Blog, le responsable des centres de vacances à la mairie de Gennevilliers refuse catégoriquement de répondre: « Vous n’êtes pas sérieuse ! Je n’ai pas à vous répondre, vous n’êtes pas journaliste, ce sont les animateurs qui vous envoient pour en savoir plus ». Et d’ajouter : « C’est une question personnelle qui concerne les animateurs, c’est complètement personnel et je n’ai même pas à vous répondre ! »

Nous insistons pour  avoir la version des faits de la mairie et demandons à nous entretenir avec le maire adjoint. Il ne donne pas non plus suite à notre appel.

Les quatre animateurs sont toujours en attente d’une réponse mais ne comptent pas en rester là. Ils estiment que leur liberté de culte  a été clairement bafouée et envisagent d’instruire cette affaire en justice.

Comme les femmes enceintes forcées de cacher leur grossesse, les musulmans seraient-ils bientôt obligés de cacher leur pratique pour garder leur travail ou être embauchés?

Widad Kefti

Crédits photo: Caricature de Dilem parue dans le journal algérien Liberté.

Les réactions des internautes

  1. Mardi 31 juillet 2012 05:58 Auteur

    Monsieur Diab Farid, J'ai contacté à trois reprises la Mairie de Gennevilliers, j'ai d'abord eu Vincent Rousselet qui n'a pas pris mon appel au sérieux. J'ai ensuite demandé à contacter le responsable du service jeunesse sans succès. J'ai demandé à m'entretenir avec l'adjoint au Maire dont le nom figurait sur le contrat Olivier Meriot, également sans succès. J'ai laissé mes coordonnées à plusieurs secrétaires avec message "urgent", personne ne m'a jamais rappelé. Si par trois fois la municipalité n'a pas dénié me répondre, je suis navrée mais je ne peux les en forcer. Le changement d'intitulé de poste a été fait, il ne change en rien la responsabilité de la Mairie dans cette affaire. En revanche si la Mairie se décide enfin à accepter de répondre à quelques questions je suis parfaitement disponible pour recueillir leur version des faits. Cordialement, Widad Ketfi
  2. Lundi 30 juillet 2012 13:48 Samira.dz

    Je trouve que l'attitude du responsable des centres de vacances à la mairie de Gennevilliers est tout à fait scandaleuse, En effet le mois de ramadan ne change pas la capacité de travail, & que dire de ceux qui picolent pendant les pots durant leur journée de travail ou ceux qui mangent trop ont-ils toutes leurs capacité??? Nous en connaissont tous Durant le mois sacré de Ramadan, les musulmans se nourissent avant le lever du soleil et après celui-ci ainsi ils sont repu en pleine forme et digère tranquilement durant la journée pendant ce temps ils peuvent se concentrer sur leurs activités quotidienne et s'adonner à davantage de spiritualié car ils ne pensent pas à se nourrir de la journée notamment. Par ailleurs les bienfaits du jeûne ont été prouvé scientifiquement contrairement aux bienfaits de la boulimie, de l'anorexie ou de la boisson à éxces, En toute amitié
  3. Lundi 30 juillet 2012 13:37 thierry

    Je ne suis ni musulman ni d'aucune autre religion. Je trouve ce licenciement d'une gravité extrême et scandaleux. C'est une intrusion inadmissible dans la vie privée de ces employés. C'est laisser la porte ouverte à tous les abus. Doit-on licencier aussi tous les commerciaux qui sautent le repas du midi pour honorer leurs RDV ? et ce n'est qu'un exemple. Il existe tellement de personnes qui jeûnent le midi pour diverses raisons....
  4. Lundi 30 juillet 2012 13:32 Abbadon

    Oui de manger, la digestion endort effectivement. Mais de prendre la route en jeunant alors que ca demande une concentration enorme (surtout lorsqu'on transporte des enfants), c'est de la pure betise. Rien qu'a voir la tronche de nos amis musulmans en ce moment... Et j'parle pas de l'haleine...
  5. Lundi 30 juillet 2012 13:26 RACHEL

    Si tous les musulmans devaient arreter de travailler pendant le jeun, il y aurait un véritable problème! Et, faut pas exagérer, le ramadan ne rend pas la personne moins vigilente et moins attentif, les musulamans ne restent pas sans manger un mois complet, au coucher ils se restaurent! Cette France me fait peur.
  6. Lundi 30 juillet 2012 13:06 Curieux

    L'info donnée par Paul m'a mis sur la piste de l'accident qu'il évoque. L'accident évoqué par Paul a bien eu lieu en 2009, le 22 août. Deux adolescentes sont mortes dans cet accident. Voici un article qui en parle, un an plus tard (on trouve aussi des articles d'août 2009, mais avec moins de détails) : http://www.france-amerique.com/articles/2010/08/23/accident_de_la_vallee_de_la_mort_un_an_apres_le_combat_continu.html La date du 22 août correspond bien avec les dates du ramadan. En 2009, les dates du ramadan étaient du 22 août au 20 septembre. Mais quand on fait ne recherche dans Google avec le mot "ramadan" et le nom de la conductrice du minbus, on ne trouve rien. Alors ? Est-ce une censure "pour raison d'état", pour ne pas "attiser la haine". Même sur les sites d'extrême-droite, on ne trouve aucun article sur ce fait divers faisant un rapprochement avec le ramadan. Bizarre... Paul, as-tu d'autres infos pour tirer cette affaire au clair ? Parlons de faits, et pas de croyances ou de superstitions.
  7. Lundi 30 juillet 2012 12:45 Philippe

    Abd Allah au lieu de chercher à contourner ou trouver des failles dans la loi, mettez donc toute votre énergie à promouvoir la République laïque! Bien à vous
  8. Lundi 30 juillet 2012 12:42 Philippe

    Parler de Laïcité, de service public, de non prosélytisme et de "vivre ensemble" est-ce donc si dangereux à vos yeux? La religion est de l'ordre du privé,.....et doit le rester! Donc musulman, catho ou juif qui pratique quand il ne le faut pas s'expose à la même sanction
  9. Lundi 30 juillet 2012 12:40 Pythéas

    idem ; il était pourtant tout à fait respectueux et équilibré. Ce doit être un problème technique...
  10. Lundi 30 juillet 2012 12:39 Philippe

    Tiens??? mon commentaire a disparu.... Bondy blog censure?
  11. Lundi 30 juillet 2012 12:21 Paul

    rappelez-vous l'accident dans une colo il y a 3 ans : l'animatrice qui conduit le minibus, fait le jeûne pour le ramadan, s'endort brièvement et rate un virage. Plusieurs morts et des déchirures à vie...
    • Lundi 30 juillet 2012 13:09 Anayl

      Quel rapport entre le ramadan et le sommeil au volant? ne pas manger en journée ne fait pas dormir.
  12. Lundi 30 juillet 2012 12:03 Abd Allah

    "Ali Baba" et "Untel", ou la France de 2012 dans toutes sa splendeur : deux gros débiles légers qui pensent donner des leçons aux autres et qui pensent que ce qu'ils disent est interressant, peu importe le domaine. Donc messieurs, veuillez accepter d'apprendre une règle de droit Français d'un pauvre musulman, Français lui aussi, ne vous en déplaise : Tout d'abord, sachez qu'en droit du travail, "Toutes les clauses allant à l'encontre de l'article L.1121-2 du Code du travail sont illicites." l'article L1121-1 du code du travail : "Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché." Ensuite, apprenez que "Les clauses contraires à l'article L.1132-1 du Code du travail sont nulles de plein droit. Ce qui exclut d'emblée toutes les clauses discriminatoires." l'article L1132-1 : "Aucune personne ne peut être écartée d'une procédure de recrutement ou de l'accès à un stage ou à une période de formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié ou faire l'objet d'une mesure discriminatoire, directe ou indirecte,(...) en raison de son origine, de son sexe, de ses moeurs, de son orientation sexuelle, de son âge, de sa situation de famille ou de sa grossesse, de ses caractéristiques génétiques, de son appartenance ou de sa non-appartenance, vraie ou supposée, à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son nom de famille ou en raison de son état de santé ou de son handicap." Tout cela pour vous expliquer, si vous êtes arrivés jusque là dans mon message qui fait quand même une bonne vingtaine de lignes (ce qui fait déjà un bon morceau à lire pour vous, j'imagine...), que ce n'est pas parce qu'on signe un contrat de travail que l'on doit le respecter, si certaines clauses sont illégales. Force reste à la loi. C'est pour cette raison que l'on peut même travailler sans signer de contrat de travail figurez-vous ! Dans ce cas là, c'est la convention collective du secteur dans lequel on travaille qui fait loi. Cordialemment, Abd Allah.
  13. Lundi 30 juillet 2012 11:59 ninou

    Ce qui.me choque encore + c' est tous les commentaires de ces fachos ignorants lobotomisés par ce qu' on leur sert d' islamophobie tous les jours a la télé , a vomir!!
  14. Lundi 30 juillet 2012 11:48 Diab Farid

    Bonjour, Merci de ne pas citer le responsable du service jeunesse!! il y a une erreur, pour ce cas c'est le responsable du service vacances de la ville!!! je suis le Responsable du service jeunesse et je trouve que la moindre des choses avant de publier un article et d'avoir une démarche d'investigation afin de pouvoir être au plus près de l'information. Je suis très facilement joignable à Gennevilliers et reste totalement disponible pour de plus amples informations... Merci de faire les rectifications au plus vite!! Diab Farid Responsable service jeunesse Ville de Gennevilliers
  15. Lundi 30 juillet 2012 10:01 jps

    Une clause n'est pas une clause de licenciement mais une clause d'un contrat qui une fois signée et si elle n'est pas respectée peut entrainer un licenciement. Celà paraît être le cas dans cette affaire.
    • Lundi 30 juillet 2012 12:40 Michel

      Une clause d'une convention dans le cadre privé peut être annulée par le juge si cette dernière est contraire à l'ordre public et aux bonnes mœurs, si son consentement a été vicié par l'une des 2 parties ou si elle présente un caractère manifestement illégale. C'est dans cette dernière catégorie que l'avocat des jeunes hommes fondera son action. En effet depuis la décision "Liberté d'Association" du Conseil Constitutionnel de 1971, la DDHC de 1789 fait intégralement parti du Bloc de Constitutionnalité, conférant à cette norme une supériorité vis à vis des règlements, décrets, mais aussi des lois (et donc convention privée qui "ont valeur de lois à ceux qui les souscrivent" art. 1134 c.civ). La DDHC garantissant la liberté de culte en son article 10, a donc une valeur supérieure à la clause 6 du contrat de travail. Enfin, la mauvaise foi de la mairie (refus de délivrer un récépissé de licenciement et d'une lettre préalable...) semble déjouer en sa faveur, tout comme cet article 6 qui serait présent que depuis 2 années montrent qu'il y a bien une discrimination religieuse.
    • Lundi 30 juillet 2012 10:20 Roland

      tu sais lire? Pour Maître Yanat contacté par les animateurs, cette close n’est pas légale car elle intervient sur une liberté de culte : « Même si dans le domaine public, la constitution les oblige à une neutralité et les soumet à une interdiction de manifester leur religion, il faut distinguer ce qui relève de l’ordre des idées, de l’intime et d’une pratique telle que le ramadan. » L’avocat va plus loin, pour lui, le contexte de mise en place de cette close est illicite puisqu’il coïncide avec l’arrivée du Ramadan aux périodes estivales. la clause est illégale, point barre!!
      • Lundi 30 juillet 2012 13:24 El_pondy

        Vous allez un peu vite en besogne, un avocat dit que la clause est illégale, il dit cela pour défendre son client, c'est son job. Mais bon, c'est un avocat, pas le conseil constitutionnel! Laissoons aux juges le soin de se pencher sur la légalité ou non de cette clause. Je suis personnellement defenseur de la présomption d'innocence, je considère donc que le directeur est innocent jusqu'à ce que sa culpabilité soit établie au cours d'un procès équitable (pas sur un forum internet)
        • Lundi 30 juillet 2012 13:24 El_pondy

          je m'adresser à Roland à 10h20
          • Lundi 30 juillet 2012 13:46 Roland

            El_pondy: il est évident qu'aucune clause de contrat ne peut forcer quelqu'un à faire 3 repas par jours. Si t'as pas faim le matin ou pour une autre raison cela ne regarde que la personne. Je ne suis pas musulman mais j'ai des bon souvenirs du ramadan quand j'étais a l’école parce que y'avait beaucoup moins de monde à la cantine et je n'avais pas à faire la queue .xD
            • Lundi 30 juillet 2012 13:59 El_pondy

              Roland Vous caricaturais. il n'est pas marque qu'il faut prendre 3 repas par jours, juste qu'il faut être convenablement alimenté afin d'être sûr d'être à 100% de ses capacité pour surveiller les enfants. Je ne sais absolument pas si c'est légal, je ne suis pas juriste, mais c'est pas par ce qu'un avocat le dit que c'est illégal. Laissons au gens dont le métier est de juger juger cette affaire.
          • Lundi 30 juillet 2012 13:25 El_pondy

            m'adressais, pas adresser
  16. Lundi 30 juillet 2012 09:07 Roland

    laura: le coup du voile encore et encore, pffffff!!!! le raccourci facile!! Donc pour laura les enfants sont en sécurités des que les animateurs mangent aux heures de repas? Genial, pas besoin de passer le BAFA alors! mdr Ceux qui qui n'ont pas faim le matin et les catho qui font le carême faudrait-il les virer aussi? Pendant le ramadan ils doivent s'alimenter après le coucher soleil et jusqu’à 3h du mat, donc ils s'alimentent, donc ou est le problème? Ce sont des adultes et comme tout les adultes responsables ils savent ce qu'ils font! Et depuis quand oblige-t-on les gens à s'alimenter pendent les heures de repas! j'ai jamais vu ça nulle part. Concernant les colos demandez aux animateurs combien d'heures ils dorment et vous serez surprise, pour moi cela est bien plus important! Pour finir, niveaux sécurités ils y a des organismes de contrôle pour cela!
    • Lundi 30 juillet 2012 11:54 Sophie

      Pendant le Ramadan, les pratiquants s'alimentent dès le coucher du soleil et avant la première prière, soit environ 3 heures du mat !!!! Donc, non seulement ils ne mangent pas dans la journée mais en plus ils ne dorment pas la nuit ou très peu..... Ce qui, à mon avis, ne les rends pas aptes à s'occuper d'enfants. Et effectivement, les animateurs ne dorment pas beaucoup pendant les colos, il ne faut donc pas gaspiller son temps de sommeil. Et il n'y a rien d'anti musulmans dans mes propos, je vis dans un pays musulman et je vois bien que ce jeûne perturbe beaucoup les organisme et les caractères.
      • Lundi 30 juillet 2012 13:12 Anayl

        J'ai été animateur de colo pour une organisation catholique. Nous étions tous catholiques, aucune ne faisait la ramadan, et nous ne dormions pas beaucoup la nuit non plus : nous ne pouvions prendre nos douches qu'après les enfants couchés, veillées, tournées, discussions, etc la moyenne devait être de 5h de sommeil par nuit. Faire le ramadan n'aurait rien changé.
      • Lundi 30 juillet 2012 12:53 ali

        Les mieux placé pour connaitre l'état de l'organisme d'un jeuneur c'est quand même les jeuneurs eux même, nan? Personnellement, et c'est le cas de tous mon entourage, on a beau jeuner prêt de 18h par jour ça nous empêche pas de vivre normalement sans être perturbé. Le matin on s'alimente correctement pr avoir suffisamment d'énergie pour la journée et le soir on récupère amplement les manques de la journée. A part un gros coup de faim sur les coup des 20h, on a suffisamment de force la journée pour pratiquer des sports physique sans être au bord de l'évanouissement, ça c'est que des idées reçus.