Le Barça symbole de l’identité catalane

BONDYMONDE, C'EST CHAUD Lundi 26 novembre 2012

Par Remi Hattinguais @hattinguais

«L’Espagne ce n’est pas le Barça, ni le Real Madrid. Le triomphe d’aujourd’hui, c’est celui de tout le football espagnol». Le sélectionneur de la Roja Vincente Del Bosque n’apprécie pas la question. Au soir de la qualification de son équipe pour la finale du mondial 2010, un journaliste lui fait remarquer que son équipe a de forts airs de FC Barcelone avec 7 des 11 joueurs alignés issus de l’équipe catalane. A Barcelone, les supporters catalans se rassemblèrent plus qu’ordinaires sans toutefois égaler les foules présentes dans les autres villes du pays. Rencontré à l’époque à Madrid, un catalan vêtu du maillot du Barça et d’une écharpe de la Roja ne peut s’empêcher de me confier, le sourire en coin : « c’est plus une victoire de la catalogne qu’autre chose ».

Comment un club de football est-il devenu un tel emblème de l’identité Catalane ? La réponse se trouve dans les lignes mouvementées de l’histoire espagnole. Tout d’abord il faut rappeler que la Catalogne ne rejoint la couronne d’Espagne centralisée qu’en 1714. Le XIXème siècle voit l’émergence de La Renaixenca (La renaissance), un mouvement intellectuel romantique qui promeut la langue catalane. En 1886, le 1er journal en langue catalane parait. Au même moment, la catalogne s’industrialise rapidement, accueille de nombreux ouvriers étrangers. Les immigrés britanniques introduisent le football qui va connaître un véritable succès dans l’ensemble de la société catalane.

Alors que les journaux ne mobilisaient que les plus éduqués des catalans, le football, à travers le soutien à l’équipe locale créée en 1899, permettra l’expression d’un nationalisme plus populaire. Hans Gamper, le fondateur du FC Barcelone est un fervent soutient de la cause catalane. Ce Suisse  pris d’affection pour sa terre d’adoption va mener campagne dans l’entre-deux-guerres auprès du comité Olympique pour que la Catalogne puisse aligner une équipe ou même organiser les prochains jeux.

En 1923, le dictateur Miguel Primo de Rivera prend le pouvoir et interdit immédiatement la langue et le drapeau catalans au nom de l’unité espagnole.  Lorsqu’en 1925, l’hymne espagnol est sifflé au stade du Barça par 14,000 supporters, le gouvernement exclu Gamper et fait fermer le stage pour 5 mois.

Durant la guerre civile (1936-1939), le Barça connait une période creuse au cours de laquelle ses joueurs combattent au front les troupes nationalistes. Dirigées par Franco, ces dernières cherchent à mettre fin à la République qui depuis 1931 a concédé  une plus grande indépendance aux régions. En avril 1937, un homme d’affaire Mexicain propose 15,000 US dollars au Club pour une tournée des joueurs au Mexique. Le club accepte, l’argent étant alors crucial pour la survie de la République.

En 1939, la République est vaincue et l’avènement de Franco sonne le début d’une sombre période pour la Catalogne.  Le régime mène une guerre contre la langue catalane qui n’est plus parlée qu’au sein des foyers. Cependant, le caudillo ne ferme pas le club Barcelonais, considérant que son influence politique est moindre. Le Camp Nou devient alors le seul endroit où les Catalans ont l’occasion de s’identifier en tant que nation, chantant les mêmes hymnes, agitant le même drapeau du club, parlant Catalan dans les gradins.

L’équipe est pourtant au plus bas. Ses deux rivales la dépassent allègrement. Le Real Madrid, club favori du dictateur, domine pendant l’ensemble des années 1950 et 1960 la scène nationale (12 victoires en Liga) et européenne (6 victoires en European Cup). Les clasico sont l’occasion d’opposer ce club, symbole du centralisme et du franquisme  au très Catalan FC Barcelona. Au sein même de Barcelone, Franco promeut un club au caractère bien plus espagnol, dépourvu de toute symbolique indépendantiste le RCD Espanyol.

Sur le plan économique, la Catalogne bénéficie d’une dynamique unique dans le pays. Près de deux millions d’andalous, castillans ou aragonais émigrent vers Barcelone en l’espace de 10 ans. Franco favorise ces mouvements de population, pensant qu’un afflux d’ouvriers de langues espagnols diluerait les velléités catalane. Or l’omniprésence du Barça était telle que ces nouveaux migrants considère leur soutien au club comme un moyen indispensable d’intégration à la région.

Avec la mort de Franco en 1975 et la mise en place de la démocratie dès 1978 ne comble que partiellement les revendications nationalistes. La Catalogne est reconnue avec le pays Basque et la Galice comme région historique et obtienne certaines prérogatives que les autres régions espagnoles n’ont pas. L’Etat espagnol n’est pourtant pas fédéral, et la nation catalane n’est reconnue qu’au sein de la nation espagnole. Les revendications ne cessèrent donc pas et l’opposition avec la capitale reprit de plus belle.

La recrudescence des tensions lors des classico de ces dernières années peut notamment s’expliquer par les difficultés économiques du pays. Alors que le gouvernement central  refuse d’accorder aux catalans une plus grande autonomie, cette région dynamique représente une grande partie des recettes fiscales d’un pays amorphe. Les catalans contestent de plus en plus la solidarité nationale. Avec près de 25% de femmes et une tranche d’âge très large, les abonnés du Barça reflètent un public très diversifié englobant toute la société catalane. Les différentes victoires du club face au Real Madrid prennent dès lors un aspect politique. Parce qu’en Catalogne, le Barça est « plus qu’un club ».

Rémi Hattinguais

Les réactions des internautes

  1. Vendredi 30 novembre 2012 14:31 Czar

    "au très Catalan FC Barcelona. Au sein même de Barcelone, Franco promeut un club au caractère bien plus espagnol, dépourvu de toute symbolique indépendantiste le RCD Espanyol." le très catalan Barça a été fondé par des hommes d'affaire étrangers et l'Espanyol est le premier club créé à Barcelone, et créé lui par des Catalans. Je pourrais reprendre à peu près chaque paragraphe de la même façon, il n'y a à peu près rien d'exact dans cet "article".
  2. Vendredi 30 novembre 2012 14:22 Czar

    "Tout d’abord il faut rappeler que la Catalogne ne rejoint la couronne d’Espagne centralisée qu’en 1714. " quand on est capable d'écrire des conneries aussi énormes, on devrait s'éviter de gâcher de la bande passante à pondre des articulets sans intérêt.
  3. Mardi 27 novembre 2012 09:17 Trotaxé

    La grosse différence par rapport à notre R.F, si les Catalans se voient en Barça, en France, à part les Parisiens guère Français, nul ne se sent P.S.G où Paris-Qatar ( P.Q )
  4. Lundi 26 novembre 2012 18:20 pinson

    Et le PSG, c'est un symbole de l'identité française? Je suis patriote comme un fou, mais mettre sa fierté nationale, régionale ou autre, dans une équipe de foot financée par les émirs et plus qu'à moitié remplie de gladiateurs étrangers surpayés, c'est plus pathétique qu'autre chose.
  5. Lundi 26 novembre 2012 18:02 STENGER Bernard

    L'identité Catalane n'est plus a démontrer..... tant dans le milieu du sport avec le Barça que dans le monde artistique archictectural et depuis quelques années le design... On aime ensemble la région pour laquelle on a de veritables attaches. Pour information, la ville de Barcelone du fait de son statut de port a toujours été ouverte a toutes les influences et au métissage plus que toute autre capitale. La tolérance est dasn les gènes de cette métropole. Cette région respire la modernité, la tolérance, le culte du beau et la joie de vivre, de grace acceptez là comme cela et n'en faites pas des raccourcis de supporters ignares et incultes
    • Mardi 27 novembre 2012 09:21 LEBLANC

      Quand on nous montre et remontre les micro trottoirs à Barcelone avec les vieilles rabougries genre pétroleuses extrême gauche (sans doute féministes qui n'ont pas vu le loup depuis longtemps) nous seriner leur "legitimes revendications", on dirait plus des corporatistes SNCF de SUD qui préparent une grève générale que des peuplades ouvertes au métissage des cultures" ..... Mais les journalistes sont comme ça. Ils croient à leur propre propagande et se tirent une balle dans le pied avec leurs images !
  6. Lundi 26 novembre 2012 17:49 LEBLANC

    Les catalans sont anti arabes (comme tous les petits nationalistes genre basques et corses...). C'est leur bon côté.
  7. Lundi 26 novembre 2012 11:05 commandant minos

    pourquoi peut-on parler d'identité catalane mais pas d'identité française ?
  8. Lundi 26 novembre 2012 08:20 commandant minos

    Pourquoi cette obsession pour la Catalogne ? Bondy veut faire sécession ?
    • Lundi 26 novembre 2012 11:00 Bondynoise

      "Pourquoi cette obsession pour la Catalogne ?" Est-ce parce que Rémy a un grand-père espagnol? D'autre part, il a demandé la nationalité espagnole, vous pouvez lire son article intitulé "ma demande de nationalité espagnole". "Bondy veut faire sécession ?" Le BB peut-être?Le commentaire d'une Bondynoise , Odile Gagnant , a déplu, si bien qu'ils ont fermé les commentaires de l'article "lutte contre l'islamophobie: ils sont la Nation". Elle mettait en cause le communautarisme du blog. Elle poste sous son vrai nom.
      • Mardi 27 novembre 2012 12:27 Odile GAGNANT

        Bonjour, je souris ... se connait-on ? oui j'ai été censurée .. cela conforte le contenu dudit commentaire qui pourtant était conforme au regard de la loi de la liberté de presse ! Cela va me permettre d'excercer mon droit de réponse tant sur mon site comme le prévoit la loi du 21 juin 2004 ainsi que par écrit ma demande de publication de mon droit de réponse sur Bondy Blog : un rédacteur en chef a des devoirs et obligations et en sa qualité de journaliste .. doit respecter la charte éthique professionnelle de sa corporation ! Force est de constater que ces critères légaux fondamentaux ne sont pas ceux de Monsieur le rédacteur en chef de Bondy blog ! je me suis permise de photographier votre commentaire puisque j' y suis mentionnée nominativemment ..doutant qu'il reste bien longtemps ... sourire belle Journée cordialement Odile GAGNANT
      • Mardi 27 novembre 2012 09:02 Odile Gagnant - Gagnant

        'Elle poste sous son vrai nom'. Et moi je poste sous mon vrai pseudo, et moi aussi je dénonce le communautarisme. Chère Bondynoise, bonjour. Comment allez vous?
  9. Lundi 26 novembre 2012 05:49 dur dur d'être bébé

    Et Saint Jordi fut éradiqué du maillot de Barcelone grâce aux saouds, quataris et autres chameliers.
    • Mardi 27 novembre 2012 05:15 diego

      Et les nations européennes périront par la Diversité.! Tout ce qui était grand chez elles sera nivelé.Elles seront entrés dans l'Ombre.