La conseillère d’orientation : c’est toi et ta chance

C'EST CHAUD mardi 4 décembre 2012

Par Sarah Ichou

Pendant les vacances, j’ai travaillé en centre de loisirs avec des enfants âgés de 6 à 11 ans. Un midi, à la cantine avec mes copines de 7 ans, on discute avenir. Au début les projets étaient plutôt farfelus : « Moi je veux être inspectrice comme Inspecteur Gadget parce qu’il est trop fort ». « Moi je veux être vendeuse de sandwich comme ça je pourrais en manger toute la journée ».  « Moi je veux être maîtresse mais juste parce que ma maîtresse elle est belle et moi aussi je veux être belle ». Yasmine est en CE1, elle les écoute attentivement depuis le début du repas puis tente de faire la bonne élève : « Arrêtez de dire n’importe quoi, ils existent pas ces métiers. Moi quand je serais grande je voudrais être chirurgienne, c’est bien ça Sarah hein ? »

J’ai à peine le temps de lui expliquer que c’est à elle de déterminer si c’est un bon choix ou pas que Lina, qui est plus âgée que Yasmine, lui lance, « alors toi tu veux faire des études jusqu’à 30 ans ?» En mangeant ses haricots verts radioactifs, son interlocutrice lui répond : « oui je sais qu’on reste à l’école jusqu’à longtemps, maman m’a dit, mais ce n’est pas grave j’aime bien l’école moi ».

En les écoutant j’ai l’impression de retourner quelques années en arrière, à l’époque où moi aussi je voulais être « doctoresse », féminin de docteur quand j’avais 5 ans. Depuis j’ai grandi, j’ai découvert que les sciences, la physique-chimie et les maths ce n’était pas pour moi.

Round 1 : au collège

C’est au collège que tout commence à se décider parce qu’avant d’entrer dans la cour des grands, notre innocence et notre imaginaire nous embarquent vers des métiers incroyables. En troisième, tout se concrétise, surtout quand on décide de prendre rendez-vous avec la conseillère d’orientation : quelle belle rencontre avec la réalité.

Je savais déjà plus ou moins ce que je voulais faire : une seconde générale puis une première ES ou L. Mais j’ai préféré rendre visite à la COP (Conseillère d’Orientation Psychologue), histoire de faire comme tout le monde. Je me souviens de ce rendez-vous comme si c’était hier. Déjà, il était fixé pendant un cours d’histoire, la prof était prévenue : je raterais trente minutes.

Le bureau de la conseillère était perché à l’étage du CDI, enfin si on peut appeler ça un bureau : une table entourée de deux chaises, abandonnée au milieu des livres usagés. Elle commence à me poser quelques questions banales comme « Ton nom ? Ton prénom ? Ta classe ? Ton âge ? » Puis nous entrons dans le vif du sujet : « Que comptes-tu faire de ta vie professionnelle ? » Voilà une véritable question.

A la fois déterminée et hésitante je me lance et répond « journaliste ». et là… le cauchemar démarre : déjà elle commence par sourire, puis par me regarder droit dans les yeux pour me lancer, « non mais vraiment ? » Je ne comprends pas, j’ai déjà répondu à cette question. « Vraiment, je veux devenir journaliste » Et là elle rigole.

Je ne comprends pas sa réaction et je crois qu’elle le voit dans mon regard. « Excuse-moi, ton ambition me fait rire. » J’ignorais mes talents de comique. Elle entame un récital : « le journalisme est une voie bouchée… » Elle m’explique ensuite que je peux passer par toutes les filières générales possibles (scientifique, économique et littéraire) et voilà l’entretien se termine. Je peux retourner à mes activités normales, c’est-à-dire en cours d’histoire.

Entre le CDI et ma salle d’histoire, je suis désorientée et surtout découragée. Tout était clair dans ma tête avant ce rendez-vous, et maintenant tout est chamboulé. Ayant raté la moitié du cours, je repense à tout cela et je me jure de ne plus retourner voir une conseillère d’orientation de toute ma vie !

Round 2 : au lycée

Le collège c’est fini, aujourd’hui je suis en Terminale ES. L’année du bac, l’année de l’enfer, l’année du clap de fin mais aussi l’année de l’orientation. On ne cesse de nous radoter qu’un « bac tout seul ça sert à rien de nos jours ». Seulement que faire après le Bac ? Licence ? Classe Préparatoire aux grandes écoles ? BTS ? DUT ? Ecole de commerce ? Encore une fois j’ai une  idée en tête, certes approximative mais c’est toujours mieux que rien.

Moi qui m’étais juré de ne plus avoir à faire à la conseillère d’orientation, voilà qu’elle fait une intervention dans ma classe au mois d’octobre. « Je vous conseille de prendre rendez-vous avec moi au secrétariat des élèves ». Finalement je me laisse emporter par sa proposition me disant que ça ne coûte rien après tout. Le rendez vous est fixé, cette fois-ci c’est le cours de philo que je raterai. Avec pourtant dix minutes d’avance au lycée, je suis tout de même arrivée 5 minutes en retard au rendez-vous. Pourquoi ? Il m’a fallut tout ce temps pour trouver le bureau de la conseillère. Je pense vraiment qu’il faudrait faire un « parcours d’orientation » pour rejoindre la professionnelle en question.

Après avoir demandé mon chemin à des camarades, à la surveillante et à l’homme d’entretien, je finis par dénicher ce fameux bureau. Il faut dire qu’il n’est pas très visible : il est au dessus de la cantine, il faut emprunter un escalier qui emmène au sommet des branches d’un arbre, puis un petit chemin mène à la porte du bureau. Là je remarque déjà un léger point commun avec l’emplacement de la COP du collège qui était niché au milieu de  livres. Au lycée on va à la base du livre : l’arbre.

Je m’excuse du retard et m’installe. Son espace de travail ressemble plus à un bureau : ordinateur, livrets de l’Onisep. Elle a mon dossier scolaire… Ça semble être plus organisé. Je dois admettre que cette fois-ci, la conseillère a été plus efficace : elle m’a bien sûr rappelé que le journalisme était une voie bouchée mais elle m’a aussi donné les différentes manières d’y accéder, son adresse mail si j’ai des questions supplémentaires, elle m’a conseillée de me renseigner par moi-même avec les sites universitaires, les journées portes ouvertes. La rencontre a quasiment duré une heure trente, soit une heure de plus que lors de mon premier rendez-vous. J’ose espérer qu’avec le temps, l’orientation se bonifie.

Prévenir mes copines de 7 ans de la tournure que vont prendre leurs rêves de princesse ? Non, qu’elles profitent de cette innocence. Sans vouloir jouer la conseillère d’orientation, le seul conseil que je pourrais leur donner serait de s’accrocher à son rêve, dans la limite du possible et de ses capacités bien sûr, et ne pas se laisser décourager par une copine comme Lina, ou une conseillère de (dés)orientation.

Sarah Ichou

Les réactions des internautes

  1. lundi 10 décembre 2012 15:21 Meilland Jarno

    Excellent article ! Heureusement, il doit bien exister des conseillers d'orientations plus motivés et constructifs. Même si pour moi ce fut un peu le cas...
  2. vendredi 7 décembre 2012 23:57 Richard

    Je tiens à dire...que malgré cette "mésaventure", je n'ai pas de haine envers mon pays la France ! D'abord parce que des "Français de souche, ou d'origine européenne" mais issus de milieux modestes voirs défavorisés souffrent aussi de ce même genre de discrimination dans d'autres "bahuts" ! Puis parce que le raçisme perdure et fait bien des dégâts dans d'autres pays d'Europe ! Et même que si le "modèle d'intégration à la française en panne" on peut malgré tout y remédier avec de l'effort ! Car se plaindre sans agir ne sert à rien ! Et réformer l'Education Nationale est possible !
  3. vendredi 7 décembre 2012 23:41 Richard

    J'ai plutôt bien apprecié cet intéressant article ! Il souligne si bien une chose édifante : l'inutilité des fameuses "conseillères d'ortientation" ! A part une conseillère que j'ai eu en 3e, toutes les autres ne servaient à rien ! Pire elles étaient de mauvais conseils ! Le jeune adolescent intelligent et naïf que j'étais avait mis du temps à comprendre avec horreur, que les conseillères en orientation étaient en fait payés à ne rien faire ! Issu d'un milieu modeste et "d'origine étrangère" comme on aime si bien le rappeler dans notre pays, quoique de nationalité française comme mes parents, grands parents (dont un combatit durant la Seconde Guerre Mondiale et la (sale) guerre d'Indochine)...J'avais eu le malheur d'atterir au lycée Jacques Brel de Vénissieux, où la plupart des profs sont arrogants, méprisants et...xénophobes ! Il était dificille dans ces conditions là de réviser et d'avoir de bonnes notes, d'autant plus que nos maudits profs faisaient du favoritisme et sous notaient biens des "élèves colorés" ! Je tiens à dire que cela se passait vers la fin des années 90 et qu'aujourd'hui il serait plus facile à des élèves et à leurs parents de porter plainte contre des profs pareils ! Pour en revenir aux fameuses "conseillères d'orientation", celle de ce bahut était comme ses amis profs...le plus drôle c'est que cette "conseillère" donnait de bien piètres conseils ! Un de mes amis m'a dit de ne pas me fier à ce que ce genre de personnes racontent et de se fier carrément aux seules brochures de l'Onisep ! "Tout est écrit dedans" me disait-il ! Tu n'as pas besoin de te fier à la conseillère elle est complètement nulle ! J'aurais du écouter cet ami...car cette dernière ne faisait que "se promener" dans le lycée raconter des histoires et se marrer avec ses amis profs ! Comme beaucoup de mes camarades je fus "convié" dans son petit bureau...elle m'acceuillit avec son sourire hypocrite, bien habillée, maquillée d'une manière presque outrancière, les ongles bien vernis...bref elle m'offrit un drôle de spectacle ! Ma mère était d'ailleurs présente et fut surprise lorsque cette pseudo conseillère nous dit que les "élèves d'origine étrangère" en général réussissent peu leurs études (ce qui est absolument faux) et que je devrais plutôt m'orienter en BEP comme beaucoup de mes pairs ! Je tiens à dire que je n'étais pas un mauvais élèves, et même légèrement au-dessus de la moyenne ! Seulement ça emmerdait une grande partie de mes profs que moi et mes camarades "colorés" fassions de grandes études et...bénéfiçions de bourses ! C'est ce qui les gênait le plus ! Dur dur de progresser avec des tarés pareils ! quand à cette conseillère d'orientation son inutilité n'était pas la seule qui gênait ! Elle était aussi une sacrée "commerciale" ! Ainsi elle sélectionnait un certain nombre délèves plus malade, en moins bonne santé que la moyenne des élèves de ce bahut ! Puis, bien qu'elle n'avait aucune formation médicale, elle conseillait à ses élèves et à leurs parents de fréquenter des "établissements spécialisés" où des médecins s'occuperaient d'eux ! Deux des mes amis durent supporter les arguments stupides de cette conseillère "tu as une petite santé...tu seras bien traitées dans cet établissement !" ou ce qui n'est pas mal "qu'est ce que tes parents feront avec une fille malade comme toi !" "Non, non tu DOIS suivre les cours de cet établissement pour malade !" Heureusement mes amis ne suivirent pas les conseils de cette folle, attrapant facilement des "angines" et des "bronchites" mais ne souffrant d'aucune maladie grâve ils préfèrèrent...changer de lycée et ils eurent bien raison ! Mais ce ne fut pas le cas d'autres camarades qui se retrouvèrent dans un de ces fameux "établissement pour malades", croyant comme le prétendait cette conseillère à deux balles qu'ils s'y seraient bien traités et réussiraient leurs études ! Ce fut une erreur ! Ils se rendirent comptent que les fameux médecins, profs, et aides soignant cet établissement étaient plus intéressés par l'appât du gain que par leur cas ! Tout comme cette satanée conseillère qui se faisait bien voir d'eux, contente de leur ramener des "client(es)" et touchant un "pourcentage" que l'on peut qualifier de commission ! Ce qui est absolument scandaleux ! Les conseillères d'orientation sont des fonctionnaires ! Pas des business women !
    • lundi 10 décembre 2012 17:43 Richard

      à Minos Mais je ne suis pas du tout "paranoïaque" mon pauvre ami ! Par contre, vous vous devez l'être ! C'est que donne à penser le contenu de certains de vos messages en tout cas !
    • lundi 10 décembre 2012 17:41 Richard

      à commandant Minos Mais je ne suis pas du tout paranoïaque mon pauvre ami ! Par contre vous vous devez l'être ! C'est que le contenu de certains de vos messages laisse entendre en tout cas !
    • lundi 10 décembre 2012 17:40 Richard

      à Blanche Colombe Oui jai saisi un commentaire qui est en attente de modération et je me demande pourquoi ? J'y répondais plutôt poliment à vous insinuations ! Pour revenir à ce que vous dites à la fin de votre commentaire...non, je ne préfère pas voir les femmes "voilées", ne dites pas ce que je n'ai pas dit, c'est là un procédé bien vil ! J'apprécie plutôt les femmes "maquillées", bien habillées" et avec les "ongles vernis" ! Mais...quand la majorité de vos profs critiquent les filles qui ont les ongles "trop vernis" et sont "trop maquillées" selon eux...on est en droit de leur faire remarquer que leur collègue "conseillère d'orientation" l'est également !
    • lundi 10 décembre 2012 17:33 Richard

      à Blanche Colombe Votre commentaire me fait rire...de quelle planète débarquez-vous ? Ne savez vous pas que des profs "arrogants, méprisants et...xénophobes" existent dans ce pays ! Tous, heureusement ne sont pas comme ça ! Et...je regrette ma petite dame, mais mon comportement était irréprochable, j'étais un élève calme, appliqué et...respectueux, mes parents m'ayant élevé de la sorte ! Et je ne prenais pas la défense de camarades à problèmes créant des tensions en cours, ceux que certains nomment (hélas ?) les "racailles" si c'est ce que vous voulez savoir ! Ne mettez donc pas tous le monde dans le même sac ! "quand je vois et j'entends ce qui se passe dans de telles classes..." votre édifiante remarque me fait marrer ! Mais vous croyez que tous les profs se font "insulter", "maltraiter" et ""subissent" des violences ?! Mes maudits profs préfèraient souvent se défouler sur des élèves sages et respectueux comme moi, car ils étaient sûrs qu'on ne leur casserais pas la gueule ! Lisez donc "l'élève humilié", vous verrez de quoi je veux parler ! Puis madame, ne dites pas ce que je n'ai pas dit ! Ce procédé là est bien bas ! Jamais je n'ai affirmé ne pas aimer "les femmes maquillées, bien habillées et les ongles vernis " et jamais je ne leur ai préféré des "dames voilées" ! Mais, pauvre petite dame, quand la majorité de vos profs dénigrent les élèves s'habillant toujours à "l'amércaine" pour les garçons, c'est à dire avec des casquettes (que certains refusent d'enlever lors des cours(là je donne plutôt raison aux profs) de rappeurs, en survet' et avec des basquets...et pour les filles "maquillées" comme des putes...c'est de la sorte qu'un prof qualifia certaines de mes camarades féminines , et ses autres collègues de critiquer leur façon de s'habiller avec des "décolletés" laissant entrevoir leurs seins et le fait qu'elles utilisaient "trop de vernis ! Et bien, dans ce cas là il est normal que leur collègue "conseillère d'orientation" fasse de même et s'habille plus sobrement non ? Après tout c'est bien aux adultes de donner l'exemple non ?!
    • lundi 10 décembre 2012 16:26 commandant minos

      vous devriez consulter pour soigner votre paranoïa.
    • lundi 10 décembre 2012 15:37 blanche colombe

      ""où la plupart des profs sont arrogants, méprisants et…xénophobes "" est ce que vous vous rendez compte de ce que vous écrivez ? est ce que vous ne penseriez pas pas que si ces personnes le seraient devenues (ce que je ne veux pas croire ) c'est à cause de comportements comme les vôtres et ceux de vos copains quand je vois et j'entends ce qui se passe dans de telles classes ,je me dis que cela doit être épouvantable et je plains les professeurs qui se font insulter ,maltraiter et même subissent des violences de plus ,vous n'aimez pas les femmes maquillées bien habillées avec les ongles vernis les préférez vous voilées ?
  4. vendredi 7 décembre 2012 22:43 levasseur

    Réussir sa vie, c'est de gagner en sagesse pas en accumulant forcément du savoir qui ne me rendra pas heureux . A cela il n'est aucune orientation possible à trouver autre part qu'en soi-même.
  5. vendredi 7 décembre 2012 22:32 levasseur

    oui LOSTINTHISWORLD. L'argent est une forme de liberté parce que l'argent permet d'acheter du temps pour ne pas être dans l'obligation de gagner sa vie à la sueur de son front,qui à bien des égards est de l'esclavage(mille excuses pour les travailleurs),mais faut appeler un chat un chat.L'Homme est fait pour la chasse ,la pêche et la cueillette certainement pas pour vivre assis des heures durant devant un ordinateur,travailler dans une usines,faire les trois huit ,courir du soir au matin comme un grand malade sans jamais avoir le temps de se poser pour prendre en compte sa condition humaine qui est carrément inhumaine par certains côtés et pour finir tôt ou tard dans une petite boîte au fond d'un trou quand ce n'est pas l'incinération . La condition humaine pour la plupart des êtres humains est un tragédie ,tout ou presque est souffrance du début de la vie(naissance) jusqu'à la mort du corps. Tous ces gens qui vantent le mérite à travers le labeur me font bien rire,car tous les humains aspirent à autre chose que de peiner sous le harnais . Sauf le simple d'esprit je ne connais personne qui refuserait de l'argent pour s'affranchir de l'obligation de travailler. Quant à s'occuper pour le plaisir , ceci est une autre affaire. je connais des gens riches très actifs mais qu'ont les moyens de s'offrir des vacances dès qu'ils en ont envie,et leur bien-être matériel ne dépend pas du temps qu'ils passent à "travailler".
  6. vendredi 7 décembre 2012 17:02 lostinthisworld

    Je suis assez d'accord avec preuve tout ce qui est dis en dessous (levasseur et Abdel) preuve sans doute que je suis encore perdu???!!! À mon époque la mode était au bep secrétariat, comptabilité et vente, j'admets ne pas avoir été bon élève a la fin du college cependant je pense que j'avais pas mal de capacités a cette époque. À maintenant 28 ans toujours rien après avoir obtenu un bep, bac pro, bts et m'être "baladé" en licence pendant plusieurs année sans conviction et donc forcément sans réussite bien toujours rien de concret. Alors ce qui se passe a ce moment la t'as juste l'impression d'être un moins que rien parce qu'il FAUT avoir décider d'un métier, il FAUT être stable et il FAUT avoir un planmde carrière. Tout comme levasseur je pense qu'on nous lave énormement le cerveau,et comme Abdel je pense qu'avant tout la part des réseaux est énorme dans les enjeux professionnels (et que sans efforts et sans dieu,étant croyant moi meme, tu n'obtiens rien). je me suis résigné à travailler pour travailler sans aucune passion ou grand intérêt et je pense honnêtement que beaucoup sont dans ce cas non par oisiveté mais plutôt par manque de prise de décisions. Cependant ne nous mentons pas l'argent achète une bonne part de liberté et entre nous qui n'en veux pas de cette liberté.
    • vendredi 7 décembre 2012 18:02 blanche colombe

      ouf ! voilà quelqu'un qui a atterri ! il faut se dire que 99 % de la population travaille uniquement pour gagner de l'argent interrogez les gens le matin ,ils attendent le soir le lundi ,ils attendent la fin de la semaine pendant l'année ,ils attendent les vacances pendant l'activité ,ils attendent la retraite si vous êtes dans cet état d'esprit ,c'est que vous êtes dans les 99 % quant au 1 % restant cherchez les il y a bien quelques vocations au départ mais combien en restent ils au moment de la retraite ? le travail n'est pas inné ,on travaille par obligation le plus souvent ce que l'on aimerait faire ,on le ferait gratuitement c'est d'ailleurs pour cela qu'on se fait payer ,si on aimait travailler ,on ne se ferait pas payer il faut retirer de la tête de nos enfants qu'il faut qu'ils choisissent un métier qui leur plaise ,c'est bon pour une infime partie de la population d'avoir ce choix un de mes grands pères disait qu'il fallait apprendre 2 métiers -un que l'on aimerait faire même pour rien -un qui permet de se nourrir,de se loger ,de faire vivre sa famille seuls quelques uns ont cette chance d'allier le plaisir au travail ! les artistes ,les grands entrepreneurs ....
      • samedi 8 décembre 2012 15:47 Bondynoise

        "seuls quelques uns ont cette chance d’allier le plaisir au travail ! les artistes ,les grands entrepreneurs …" Je suis désolée de vous contredire. J'ai aimé mon métier, je l'ai choisi et j'ai pris ma retraite bien au delà de soixante ans. Pourtant, il n'était pas facile tous les jours. Mes enfants s'épanouissent dans leur profession et ne traînent pas les pieds quand ils se rendent à leur travail. J'ajouterai qu'ils ne sont ni artistes, ni grands entrepreneurs ,et que leur salaire , après de très longues études, surtout pour mon fils, n'est guère attrayant.
      • vendredi 7 décembre 2012 22:26 homer

        Bonsoir Colombe, J'aime bien vos arguments mais je vous rappelle que nous sommes en 2013 bientôt, et non il faut laisser le choix à nos enfants, pourquoi les priver d'un rêve, les conseillères d'orientation, et j'en ai fait les frais, ne servent à rien, sauf à détruire nos idées, nos choix, nous ressortons d'un entretien avec un désespoir et une certaine amertume, sur le coup je suis totalement d'accord avec Hope.( pas sur tout)
      • vendredi 7 décembre 2012 22:13 hop HOPE

        BLANCHE COLOMBE Bravo d'avoir énoncé quelques vérités premières Ce que je sais c'est que lorsque l'on peut exercer un métier pour lequel on a quelques aptitudes physiques (dextérité , etc..), intellectuelles diverses ou des qualités telles que l'empathie .....le sens des priorités , le pragmatisme .. Le goût de transmettre, du travail bien fait ...de la création , de l'imagination Le goût du contact humain , la concentration , la discrètion , l'amabilité un caractère équilibré ,mémorisations diverses , sens de l'orientation Selon certaines de ces qualités ,certaines professions ou fonctions sont plus faciles à vivre pour la personne qui l'exerce durant toute sa vie En synthèse réfléchir sur ses qualités ,celles ou l' on excelle ET surtout laisser les rêves pour ce qu'ils sont ; des illusions ...bien souvent qui font souffrir voire détruisent la personne qui s'y complait
  7. vendredi 7 décembre 2012 02:16 levasseur

    le jour ou j'ai été licencié(j'avais 40 ans) l'on m'a parlé d'orientation nouvelle... de cursus etc...moi qui ne voulais plus vraiment travailler(...) et puis je suis tombé malade ,alors là vraiment ne plus travailler était devenu mon obsession première au seul regard que je portais sur ma famille enfin ce qu'il en restait ,et j'ai compris bien vite la futilité d'une vie professionnelle et du lavage de cerveau sur le sujet pour croire assez rapidement qu'on peut-être heureux tout en étant oisif ou plutôt un oisif professionnel ,celui qui prend le temps de vivre et même de respirer,mais je préfère m'arrêtez-là afin de ne pas pousser au dégoût du travail ceux qui sont dans l'obligation de travailler jusqu'à leur retraite enfin quand on y arrive et c'est pas toujours gagné !
  8. jeudi 6 décembre 2012 11:11 ML

    Votre article me rappelle une expérience similaire. Puis un été j'ai travaillé en saisonnière en tant que vendeuse, et je l'ai croisée dans le magasin. Elle m'a dit "Tout ça pour finir ici...!" Très classe...
  9. mardi 4 décembre 2012 22:03 Aissa

    Pas mal l'article, tu as mis le "finger" sur l'incompetence de ce genre d'orientation, en fait les conseilles devraient simplement aller se faire orienter ailleur... Je me souviens des conseilles que l on ma donne a l epoque: - Electricien - Mecanicien - Ouvrier - Macon Dire que je suis ingenieur informaticien et que je suis MIS and une boite high tech sur la silicon valley, CA C est qui encore le mot en France: INTEGRATION.. Celui la aussi devrait aller de faire INTEGRERRRRRR
    • mercredi 5 décembre 2012 06:15 commandant minos

      Les conseillers d'orientation travaillent avec les éléments qu'ils ont à leur disposition. Beaucoup d'élèves sont médiocres au collège et au lycée et se mettent à bosser quand ils ont trouvé leur voie. J'ai un exemple d'un camarade de classe très très moyen en terminale qui est maintenant docteur universitaire.
      • mercredi 5 décembre 2012 11:56 blanche colombe

        je partage votre avis sur le sujet quant à Abdel et à Aissa ,,je voudrais leur demander s'ils n'ont pas les chevilles qui enflent dès le matin http://fr.wiktionary.org/wiki/avoir_les_chevilles_qui_enflent il y a 3 siècles ,les médecins de Molière employaient des mots latins pour faire croire qu'ils étaient savants maintenant ce sont des mots anglais ,on reconnait rapidement la mégalomanie chez certains à ce signe
  10. mardi 4 décembre 2012 15:16 Abdel

    Texte intelligent et basé sur des situations reelles. Je me souviens de ma conseillère d’orientation, en 3eme elle m'avait dit: "Abdel un Bac professionnel est la meilleure solution, BEP electronique c'est cela que vous devez faire." Resultat j'ai fait un bac ES spe Math que j'ai eu avec mention TB. Puis une Licence en Commerce et Affaires internationales suivis d'un master et un MBA en International Business Management et Strategy. Pour finir avec un Bon metier a l'etranger, grace a dieu. :) The bottom line is to never listen what your educational advisor says.
    • vendredi 7 décembre 2012 22:44 Richard

      Féliciation Abdel ! Je suis sincèrement content pour vous ! Que de chemin vous avez parcouru en effet !
    • vendredi 7 décembre 2012 19:49 sonia

      Ouais, je suis d'accord! Ils ont pas de conseils à nous donner et on sait ce qu'on a à faire! certains profs voulaient ke je m' arrete sans avoir la licence! croyez moi je l'ai allumée! je supporte pas qu'un prof minable décide à ma place ou un conseiller de je sais pas quoi ! orientation.... pff; vers la voie de garage ouais! Alors un conseil :ecoutez vous et VOTRE INSTINCT , et PAS LES CONSEILLERS QUI ST LA QUE POUR VOUS ENFONCER !!!
    • mardi 4 décembre 2012 22:06 Aissa

      Abdel, Tu as 100/100 raison...Grace a DIEU
    • mardi 4 décembre 2012 19:28 rions un peu

      "Pour finir avec un Bon metier a l’etranger, grace a dieu" A l'étranger? Waohhh!!!! Ou çà? En Algérie? Au Maroc?
      • vendredi 7 décembre 2012 22:44 Richard

        Taisons-vous donc ignare !
    • mardi 4 décembre 2012 15:56 blanche colombe

      grace à dieu ! vous êtes vraiment sûr que c'est lui qui vous a permis ce parcours ! je lis beaucoup d'ingratitude envers les pauvres mortels que sont les professeurs et aussi pour vous ! je vous rappelle la fable de La fontaine inspiré d'Esope mais l'apprend t on encore ? http://www.la-fontaine-ch-thierry.net/chartier.htm
      • mardi 4 décembre 2012 16:17 Abdel

        Oui Grace a dieu et a mes efforts Blanche Colombe J'ai toujours eu des professeurs qui furent de tres bon models mais bon cela ne fait pas tout. J'ai eu de tres mauvais professeurs comme en anglais par exemple: M. R en terminal me disait tu ne parlera jamais anglais hey bien j'aimerais bien le revoir maintenant sachant que je suis devenu Bilingue en Anglais, espagnol et Italien. Pour moi ma reussite est due a mes efforts et a l'aide de dieu: Le Chritianisme dit: Aide toi et le ciel t'aidera. L'islam dit: Commence et puis dieu d'aidera a finir. Je pense que vous devez etre athee et moi je suis croyant donc vous devez apprendre a respecter les croyances quelles soient Chretienne, Juive, musulmane, Boudhiste, Hindou et athee tout comme je respecte que vous soyez athee :). Bonne Journee Blanche Colombe :)
        • lundi 10 décembre 2012 11:06 a caca demi d'oran

          @abdel k d'r Un bilingue en plusieurs langues s'appelle un polyglotte espèce de troglodyte
        • mardi 4 décembre 2012 16:23 blanche colombe

          et à ceux qui ratent leurs études et qui ne réussissent pas dans la vie professionnelle que leur direz vous ? c'est dieu qui l'a voulu ... j'en ai bien peur , comprenez vous que ce genre de raisonnement conduit à l'immobilisme des sociétés ! heureusement que des sociétés qui n'ont plus mis dieu au centre de la vie ,ont prospéré et vous ont permis de réussir !! bonne journée aussi à vous je ne suis pas athée ,simplement je mets dieu à sa place !
          • mardi 4 décembre 2012 17:31 Abdel

            dsl de ne repondre ici, Mais vraiment vous y croyez? C'est comme me dire que Sarko n'as pas fait l'ENA. Ne me dites que vous avez vote a gauche mdrr car sincerement entre du con et du con (couple Gauche droite) on ne sait plus lesquelles choisir. Mais bon comme je vous le dis si vous croyez a cela je ne peux pas vous aider. J'attend de voir un jour un Vrai gouvernement en France comme nous en avions eue dans le passe. Sincerement blanche Colombe vous m'avez fait rire je vous en remercie. Jean Marc Ayrault ahhhhhhh. Mais ou sont les ministres instruit svp? dans le gouvernement actuel? deja avec sarko cela ne volait pas haut lol. encore une fois je vous le dis sans aucune amerture ou condescendance mais vous vivez dans un reve et la realite ne vous a pas encore frappe au yeux. Donc comme le Lapin vous continuerai a gober tous ce que les medias diront. By the way Wikipedia est une encyclopedie universel ou chaqu'un peux modifier ce que bon lui semble. Je vous conseille un livre : Art de la guerre de sun tzu. :)
          • mardi 4 décembre 2012 16:54 blanche colombe

            Abdel regardez dans wiki pour le premier ministre Ayrault ,il est fils d'ouvrier votre démonstration tombe à l'eau
          • mardi 4 décembre 2012 16:41 Abdel

            Ahh alors je dirais manque d'effort ou bien simplement que ceci fut pour eu une epreuve. Vous savez j'ai appris quelque chose durant ma vie: "Quand on veut on peut" L'ecole de fait pas tout j'en connais qui n'ont meme pas le Bac et dirrige aujourd'hui des PME de plus de 20 salaries. L'ecole nous donne les bases pas plus. C'est a nous apres de prendre le train. exemple: l'ecole nous apprend a lire mais nous ne force pas a lire tel ou tel livre cela resulte de nos choix. L'immobilisme d'une societe est a mon sens du a une situation de stagnation des elites. l'objectif de toute democratie est de voir le pouvoir en place changer et reprenter vraiment le peuple toutefois ce n'est pas le cas. Lorsque vous avez dans une societe des personnes au pouvoir qui restent cela pose probleme> Exemple: En france la chaise tournante du pouvoir se fait toujours droite/gauche avec les memes personnes ayant des noms different mais appartenant toujours aux memes confreries, groupes ou reseaux. Ce n'est pas demain que vous allez voir un fils d'ouvrier au pouvoir pourtant la democratie le permet. regardez juste de combien furent les depenses des elections francaise. Enfin de compte Blanche Colombe je dirais toute les societes aujourd'hui (democratie, dictature etc...) sont les memes. Sauf que les democraties donnes un semblant de pouvoir a la population. Je pense que l'illusion du controle qui nous est donnee est plus dangereuse que la realite en face. donc a votre immobilisme je vous demande d'y reflichir serieusement et vous vous rendrez compte de la realite des choses. Un celebre penseur a dit; C'est en allant au loin que nous comprenons les problemes de notre ancienne vie. Bonne journee Blanche (d'ailleurs j'aime beaucoup ce prenom)
  11. mardi 4 décembre 2012 14:07 Natan

    Le métier de journaliste est plus facile lorsqu'on maîtrise la grammaire et la syntaxe du français. C'est consternant de lire des textes pareils.
  12. mardi 4 décembre 2012 07:58 hop HOPE

    Texte intelligent et basé sur des réalités vécues Les grands projets de mes enfants, je ne suis jamais intervenue pour les décourager car j'ai appris à la campagne que c'est la carotte qui fait avancer l'âne Je leur ai juste ressassé que pour réussir ceci il fallait être studieux Et leur ai toujours dit que la vie était dure et que moins on a de connaissances plus le travail pour gagner son pain est éreintant physiquement Et ....qu'ils aient une situation importante ou qu'ils soient éboueurs l'important c'est qu'ils sachent gagner leur pain dans la dignité que je les aimerai toujours autant car ils sont mes enfants , que cela ne changera rien à ma vie personnelle Aucun n'a fait le métier de son fantasme d'enfant mais tous ont suivi un chemin que je n'aurai pû imaginer et bien sûr je suis contente pour eux
    • mardi 4 décembre 2012 10:43 blanche colombe

      choisir un métier est une idée contemporaine ! autrefois on était prédestiné à un métier dès l'enfance (je me répète ) les fils de paysans devenaient paysans, les fils de notaires notaires . le premier fils d'un noble reprenait le titre et le château ,le deuxième rentrait dans les Ordres et le troisième allait mourir sur un champ de bataille quant aux filles ,elles se mariaient ou entraient au couvent et ce n'était même pas elles qui choisissaient ! mais comme pour toutes les idées nouvelles ,on n'a pas franchement le mode d'emploi alors il faut s'y résoudre ,comme on ne peut pas orienter efficacement mais simplement informer ,on laisse les jeunes le plus longtemps possible dans les filières des études en espérant que ceux ci auront un jour un "déclic" ce n'est pas la bonne solution mais c'est la moins mauvaise le titre de COP n'est pas judicieux ,il faudrait mieux CIP avec I comme information pour éviter ce qu'on a lu précédemment ;une jeune fille fragile du dos qui voulait être coiffeuse et qui à 40 ans dut changer de métier bon courage à la future journaliste ! vous en avez la capacité rien qu'en vous lisant .