Mali : « J’y vais, peu importe que le pays soit sous tension ou pas »

C'EST CHAUD, GARDE à VUE lundi 21 janvier 2013

Par Nordine Benali

Comment avez-vous réagi en prenant connaissance de l’intervention française au Mali ?

J’ai vu cela d’un très bon œil. Le Mali peut considérer la France comme son sauveur. J’en suis satisfait parce qu’il fallait absolument que les choses bougent. Les Djihadistes étaient prêts à conquérir la partie sud du pays. C’était donc le bon moment pour intervenir.

Qu’en disent les maliens de France lorsque vous vous entretenez avec eux sur le sujet ?

Il se trouve qu’il y a un foyer d’immigrés maliens au bout de ma rue. Dès qu’un événement se produit au Mali, je vais leur rendre visite pour échanger avec eux sur le sujet. C’est une sorte de lieu de rencontre entre des anciens, des nouveaux qui arrivent tout fraîchement du pays et des habitués aux allers-retours comme moi. On s’y retrouve, on y discute, on suit les informations. Le fait que chacun puisse donner son opinion est très plaisant. Lors de mon dernier passage, ils étaient  tous très reconnaissants du travail des militaires français en terre malienne.

 

Que représente le Mali pour vous ?

C’est mon pays d’origine et celui de tous mes ancêtres. J’ai même la double nationalité franco-malienne. Je l’ai découvert assez tard grâce à l’aide de mes parents qui font souvent le voyage. J’y allais quand j’étais enfant et adolescent, mais moins souvent que maintenant. Depuis huit ans, je m’y rends tous les trois à six mois en raison de mes investissements dans l’immobilier. Je mets des appartements en location et j’ai le projet de construire, dans un très beau quartier du Mali, deux bâtiments avec quatre grands magasins autour.

Avant le début du conflit, comment perceviez-vous le Mali ?

J’avais un avis très positif sur l’évolution du Mali avant que le conflit n’éclate. Je le décrivais comme une terre sainte dans laquelle on peut vivre en paix. Tranquillité et stabilité étaient des termes qui revenaient fréquemment. A mon retour de vacances, il m’arrivait de mobiliser des jeunes Maliens de France, comme moi, pour d’éventuelles associations dans le secteur de l’immobilier. Je les encourageais vivement à développer des activités dans leur pays d’origine.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Mon discours n’est plus le même. J’encourage forcément moins mon entourage à se rendre au Mali avec la situation actuelle. Je suis déçu que l’on associe le Mali à la guerre et m’inquiète pour l’avenir du pays malgré tous les dispositifs mis en place.

Quelles sont les précautions à prendre pour mettre à l’abri sa famille restée au pays quand on est en France ?

Fort heureusement toute ma famille est regroupée au Sud du Mali, à Bamako pour être précis. Ils ne sont donc pas en danger. Mais s’ils habitaient le nord du pays, je leur aurais dit de descendre dans le sud pour être sous protection. Bien entendu, j’aurais prié fort pour eux.

 

La situation actuelle aura-t-elle une incidence sur la fréquence de vos voyages au Mali ?

 

Je ne vais pas vous cacher mon angoisse même si j’ai quand même l’espoir que tout s’arrange grâce à l’intervention française. Ma mère y étant actuellement, j’ai prévu d’y aller en février pour la retrouver. Peu importe que le pays soit sous tension ou pas… Pour la petite histoire, l’année dernière au moment de l’envahissement des Djihadistes, les autorités avaient décidé de suspendre les vols en direction du Mali. J’étais l’un des premiers passagers à prendre le premier avion autorisé à rejoindre Bamako. Si c’est à refaire, vous pouvez compter sur moi.

De quelle manière le Mali pourrait retrouver une certaine stabilité selon vous ?

En plus de l’aide militaire, le Mali devra recevoir une aide financière importante. L’idée est vraiment de se débarrasser à tout jamais de ces terroristes. Il conviendra d’instaurer ensuite  un système de paix entre les tribus du nord et les citoyens du sud. Ils sont tous maliens avant tout. A eux de trouver un compromis pour qu’un drame de ce genre ne se reproduise plus.

Propos recueillis par Nordine Benali

Les réactions des internautes

  1. mercredi 23 janvier 2013 12:23 Boubacar sidibé

    Je suis très fière de toi frengèn, vous faite une bonne exemple a des génération futur? QUEL patriote.
  2. mardi 22 janvier 2013 14:28 choco75

    'Je remercie notre président hollande,d être venue...' Où l' on apprend, non seulement que Hollande est aussi président du Mali, mais aussi qu' il s' appelle Françoise, si, si... Comme quoi, on en apprend tous les jours!
  3. mardi 22 janvier 2013 01:00 Choco75

    Je remercie notre président hollande,d être venue en aide au Mali,qui est un pays de paix,qui n aime pas la guerre,qui n à jamais pu contrôler l intégralité de son pays,qui est en grande partie désertique,et qui est entouré de plusieurs pays,voilà pourquoi ce pauvre pays est touché,en plus pays que Khadafi ,adorait,sur le point de créer dans cette partie du désert dans sa mère est originaire,une grande ville et même donner vie,en rassemblant tous les touaregs,il était contre les sionistes,il a été éliminé,maintenant le Mali va devoir rembourser la facture de la guerre,comment vont il payer? ,lol, tout le monde le sait,avec des projets occidentaux,base militaire occidentaux,entreprises occidentaux,soit disant pour reconstruire le pays,pour pomper la richesse de ce pays,qui est un pays très riche en minerais et pétrole,c était le projet de monsieur Sarkozy et juppe,et leur mercenaire djihadistes,payer pour déstabiliser la région,super ,la France est tellement endetté,qu il faut qu elle prenne mainmise sur leur ancienne colonie pour remonter la pente....
    • mardi 22 janvier 2013 07:40 samson

      Le Mali riche ? Le Mali ,pays plutot désséché où on trouve difficilement à manger . Le Mali ,riche de ses mines ? . les maliens savent ils au moins où elles gisent ces richesses minières ? Qui leur dit :ici ,il y a de l'or ,là ,de l'uranium ,là bas du pétrole ? Qui leur apprend à extraire ces richesses ? Qui injecte l'argent pour investir ? Qui rembourse en cas d'echec dans les recherches ? Des richesses peut etre mais des richesses dormantes ,dormantes depuis des siècles ,sans utilisation sur place faute d'industries
      • mercredi 23 janvier 2013 08:43 Elsa

        Ces idées bien ancrées qui de façon transgénérationelle se succèdent dans les propos d'occidentaux ignares. Le Mali n'a pas attendu l'arrivée des colons pour exploiter les richesses de ses sols. Les Royaumes Antiques maliens propspéraient déjà par l'exploitation des mines d'or. Aujourd'hui le marché de l'or représente 57% des exportations maliennes. Le sous-sol malien est l'un des plus riche du continent noir, de l'or au pétrole en passant par l'uranium et les pierres précieuses et semi-précieuses. Ces ressources sont exploitées de façon industrielle depuis des dizaines d'années et de façon artisanalle depuis de millénaires. La Direction Nationale de la Géologie et des Mines emploie des professionnels maliens (tant scientifiques qu'ouvriers) n'ayant rien à envier au savoir faire occidental. Et quand bien même certains plans d'investissements occidentaux auraient entrainé la formation professionnelle de certains maliens et bien quoi ? Les français ne vont-ils pas se former dans les Universités Américaines ? Les Américains ne viennent-ils pas dans nos Universités ? La mondialisation des savoirs peut-être ? En quoi, spécifiquement, la formation des maliens par des sociétés occidentales devraient les rendre redevables ? Je ne pense pas que les industriels dispensent des formations dans le but de permettre au gentil noir de marcher sur 2 pattes, mais bien pour avoir la main mise sur certains pans de l'industrie locale. De fait, les maliens n'ont aucunement à être reconnaissants de quoi que ce soit envers les industriels qui viennent piller leurs sols et provoquer des dégats écologiques et sanitaires impressionnants (cf les contaminations à l'uranium au Mali). Pour finir et pour répondre à votre succession de questions : "les maliens savent ils au moins où elles gisent ces richesses minières ? Qui leur dit :ici ,il y a de l’or ,là ,de l’uranium ,là bas du pétrole ? Qui leur apprend à extraire ces richesses ? Qui injecte l’argent pour investir ? Qui rembourse en cas d’echec dans les recherches ?" la réponse, si ce n'est les maliens eux-mêmes est en tout premier lieu : Les Sénégalais.
  4. mardi 22 janvier 2013 00:48 Choco75

    Tout ce malheur vient de nos dirigeants gouvernementaux,qui ne sont la ,que pour s enrichir et ce faire diriger par ces sionistes,qui veulent instaurer leur système de colonisation soumarine,je pense que le Mali ,est la phase cache,d un nouveau complot pour diriger les pays africains,qui est le continent,le plus riche au monde,le pays le plus vise dans cette partie du continent africain,sera l Algérie,c est la base de leur complot,(information mensongaire contre le pays,créer une petite rébellion,intervenir en déstabilisant tout le régime),ce pays n à pas de dette,il fait partie de ces pays en minorité,qui ne doivent rien,comme Chine,Arabie saoudite,et la pauvre Libye vous verrez comment les médias vont s attaquer à ces algériens,ont chauffant un peuple mercenaires comme ces djihadistes,qui ne sont que des mercenaires (français,ou américains) ,depuis quand un musulman,tue un autre musulman,cela est marqué nulle part dans le coran...,continuez à croire aux médias,le Sheitan vous guidera vers le côté obscur de la chose
  5. lundi 21 janvier 2013 17:54 Damoiseau

    Y a-t-il ou y'a-t-il déjà eu un contrôle et une régulation de l'immigration extra-européenne en France? Sous Sarko 1er, on pouvait en douter, sous Flamby, entre qui veut... Il paraît que c'est une chance pour la France...
  6. lundi 21 janvier 2013 17:06 choco75

    bonjour,pour répondre à ton affirmation sur le coté racial des maliens envers les nomades du deserts,saches que ces nomades là ,n ont jamais eu de pays,ce sont comme des gitans ou roumains de FRANCE qui pleurent pour avoir leur nationalité FRANCAISE,es ce possible?,donc evitons de dire ce mot raciste,ils font de la peine,mais jamais on leur donnera un état,nommé AZAWAD ,fautes de nos dirigeants,je l avoue ,mais quand il s agit
    • lundi 21 janvier 2013 21:28 choco75

      '...pour répondre à ton affirmation sur le coté racial des maliens envers les nomades du deserts,saches que ces nomades là ,n ont jamais eu de pays,ce sont comme des gitans ou roumains...' Vous voulez dire que ce sont là de bonnes raisons pour excuser le racisme envers eux? '...mais jamais on leur donnera un état...' Pour les mêmes raisons, sans doute? Pourquoi en êtes-vous si sûr, mon bon Choco?
  7. lundi 21 janvier 2013 16:27 blanche colombe

    Bonjour, Blanche Co, c' est moi. En fait, le problème au Nord-Mali est beaucoup plus profond, mais il est surtout très, très complexe. Pour résumer, il y' a d' abord la faiblesse structurelle de l' état malien, l' administration centrale n' ayant jamais étendu son autorité régalienne sur l' Azawad. Il y' a aussi la mauvaise appréciation des spécificités culturelles et sociales des populations, ce sont des populations nomades, le nomadisme étant le seul mode de vie sociale possible dans le désert, c' est un mode de vie que ce particularisme géographique impose. Mais il y' a beaucoup plus grave que tout ça: ces populations sont sujettes à une oppression raciale (oui, oui, vous avez bien lu, raciale), oppression malheureusement occultée par la bien-pensance politique. Les problèmes de terrorisme sont récents et c' est seulement parceque ce vaste espace désertique est devenue une zone grise du fait de l' incapacité avérée du pouvoir politique à la gérer administrativement. Voilà.
    • lundi 21 janvier 2013 20:56 samson

      les nomades Touaregs doivent garder le souvenir que lors de la grande famine au Sahel ,les vivres arrivaient bien à Bamako ,étaient distribués ou revendus sur les marchés mais que ,eux ,on les laissait crever de faim .Comme maliens ,ils étaient oubliés .
  8. lundi 21 janvier 2013 12:20 blanche colombe

    je viens de lire que parmi les djihadistes qui ont fait cette horreur en Algérie ces derniers jours ,il y en avait de nationalité canadienne alors là les bras m'en tombent ! on nous rabâche les oreilles en disant que les jeunes d'ici sont attirés par le djihad et la radicalisation parce qu'ils ne sont pas bien intégrés en France et que c'est la faute des français et que c'est mieux ailleurs :au Royaume Uni et au Canada et là on a la preuve que c'est faux et que ce n'est pas le manque d'intégration mais les ravages d'une secte islamiste qui se moque des frontières mais qui ne veut qu'apporter la mort et la désolation là où elle se trouve il faut tous s'unir contre ces gens :musulmans ,chrétiens ,sans religion arrêtons de battre notre coulpe et nous diviser il faut les détruire !
    • lundi 21 janvier 2013 16:58 commandant minos

      L'intégration n'existe pas dans les pays anglo-saxons.
  9. lundi 21 janvier 2013 09:50 hop HOPE

    IL est fort probable que lorsque les disparités diverses et nombreuses entre les différentes parties de ce lieu auront été applanies ,que le progrès moderne aura pénétré dans les foyers et les entreprises, la scolarité sera accessible à tous et à toutes ;que le présent et le futur puissent s'envisager sereinement Les tensions entre les différentes parties du Pays et leurs populations s'aplaniront Les "malfaisants " ne trouvent "d'écho" qu'au milieu de gens profondément mécontents pour des raisons diverses et..parfois confuses C'est le "bouillon de culture" ou ils aiment à évoluer Hier sur un média j'en ai aperçu un , il est pour les actes et façons primitives de vie Un psychiâtre lui serait probablement utile pour son bien-être personnel En attendant il se prend pour un meneur d'hommes et d'iidées Comme les patients atteints du même "problême " A toutes les époques et en des lieux divers il y en a eu , de ces "énergumènes" Ce qui me "gêne" c'est que ces.."fortement perturbés" trouvent toujours des "adeptes"! Tant mieux si des personnes gardent confiance malgré tout ceci
    • lundi 21 janvier 2013 10:23 salsify

      S"il y a des franco_ maliens qui investissent généreusement dans la patrie de leurs pères ,le plus gros de la colonie malienne en France est constitué de clandestins .Ils seraient 80 .000 les maliens de France .Cela pourrait faire une belle armée pour délivrer le Nord du pays si le coeur le leur disait .La région n'est pas une terre chrétienne . Elle est aux musulmans . A eux de s"arranger entre eux .Dans les guerres de conquete coloniale ,le plus gros des troupes était constitué d'indigènes . Et cela a réussi . Notre colonne qui s'enfonce à l'intérieurr du Mali est trop blanche .